L’UE et les changements climatiques

Le climat au cœur de la coopération entre l’Union européenne et l’Inde

L’Inde et l’environnement En 1972, alors que parait le rapport Meadows, The limit to growth, et qu’est fondé le Club de Rome, Indira Gandhi sera un des rares chefs de gouvernement à participer à la conférence des Nations unies sur l’environnement qui se déroule à Stockholm. En effet, la sauvegarde de l’environnement tient une place particulière dans la politique indienne. Dès les années 1970, Indira Gandhi prend des mesures pour la protection de l’environnement avec le renforcement de la législation sur les parcs nationaux. En 1978, selon la loi, avant tout projet industriel ou minier, une étude d’impact sur l’environnement doit être réalisée. Ainsi, c’est avec les pays d’Europe du Nord que l’Inde va développer en premier lieu ses coopérations bilatérales et si le premier sujet des échanges entre l’UE et l’Inde sera au départ le commerce et la coopération sectorielle, un dialogue environnemental spécifique va apparaitre grâce aux sommets bilatéraux.

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’UE et la gouvernance globale post-covid, quatre scénarios à défendre

Défendre ses intérêts ou promouvoir ses valeurs ? L’Union européenne est elle capable d’avancer sur ces deux axes dans un monde post-covid alors que la difficulté d’approvisionnement en matériel médical de toutes sortes a rappelé la dépendance de l’UE dans ce domaine. Cependant, défendre ses intérêts et c’est alors la compétition la plus acharnée entre l’UE et ses partenaires, mais aussi potentiellement au sein de l’UE tandis que promouvoir ses valeurs est un concept qui fait déjà partie des politiques européennes, mais il s’agirait alors de l’élever à un autre niveau dans la coopération internationale. Ceci afin de créer une « cooperative governance » au niveau des États et un « ethical capitalism » dans la sphère privée, entreprises et ONGs qui intégreraient les valeurs sociales et environnementales dans leurs stratégies. La gestion des ressources naturelles de tous types se trouvant au cœur du dilemme entre la défense des intérêts nationaux et la coopération internationale,

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’effective multilateralism, un défi pour l’Union européenne

Le Think Tank du Parlement européen a publié une analyse sur les difficultés rencontrées par l’esprit du multilatéralisme que la pandémie n’a fait qu’aggraver. Avant elle, les États-Unis s’étaient désengagés du Joint Comprehensive Plan of Action, le dialogue avec l’Iran au sujet de son programme nucléaire, mais aussi de l’Accord de Paris sur le climat, pour ne prendre que ces deux exemples. Le consensus devient difficile à trouver et le multilatéralisme doit compter avec la montée du protectionnisme qui ne cherche qu’à l’affaiblir. L’Union européenne et le multilatéralisme Pour l’Union européenne qui fait de la défense du multilatéralisme une de ses valeurs essentielles, seul à même d’assurer l’existence d’une gouvernance globale régie par le droit et non par la force, l’enjeu est important. En tant qu’organisation multilatérale la plus aboutie, l’affrontement économique et stratégique sino-américain lui rappelle qu’elle forme un ilot dans un système international ou l’équilibre des forces et

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

La coopération maritime, dernière étape dans la relation UE-Japon

Déjà présent dans le golfe d’Aden pour lutter contre la piraterie et protéger les transports du Programme alimentaire mondiale, le Japon a rejoint les navires de la mission européenne Atalanta (EUNAVFOR) présents dans le golfe d’Aden afin d’effectuer un exercice naval commun les 5 et 6 octobre 2020. Plusieurs pays opèrent dans cette zone de manière indépendante, comme la Corée du Sud, la Chine ou l’Inde. Cela offre à l’UE l’opportunité de mener, en tant que force de l’Union européenne, des exercices avec ses partenaires asiatiques. Ces missions, bien qu’en dehors de la région asiatique, ont pour vocation d’améliorer l’image de l’UE en Asie où elle s’implique déjà dans plusieurs dossiers (voir la Factsheet de l’UE) tout en renforçant sa coopération avec l’ASEAN. Cet exercice marque l’attachement de l’UE et du Japon au droit international et particulièrement à celui de la mer que l’United Nations Convention on the Law of

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Charles Michel présente sa vision de l’« autonomie stratégique européenne »

                          Dans un discours enthousiaste sur les capacités de l’Union européenne, confrontée à des enjeux complexes parce qu’elle est bien une « puissance stratégique », Charles Michel évoque la place de l’UE face à un « arc d’instabilité » qui s’est développé autour d’elle. La relation avec la Russie et le cas de l’Ukraine, puis du Belarus, qui a vu l’arrêt de l’expansion de l’espace démocratique européen, la relation avec la Turquie avec en toile de fond la Syrie, la Libye et les tensions en méditerranée, l’Afrique, le Brexit, les États-Unis, la Chine, le Président du Conseil européen dresse un constat clair des défis que l’UE doit relever. Mettant en avant la capacité européenne à surmonter les défis qui se présentent, comme avec le Covid-19 et le plan de relance économique, l’UE doit, sur le plan extérieur, atteindre cette autonomie stratégique en

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

Pour Josep Borrell, il est temps de renforcer les liens entre l’UE et l’ASEAN

À l’occasion du lancement de son blog « personnel », le Haut représentant, Josep Borrell, revient sur l’histoire des relations entre l’UE et l’ASEAN. Sur fond de tensions entre la Chine et les États-Unis apparait une nouvelle fois l’idée selon laquelle l’UE pourrait, avec des partenaires partageant leurs valeurs, jouer un rôle plus important sur la scène internationale. Pourtant, entre les Western values européennes et l’Asian relativism qui caractérise les pays d’Asie du Sud-est, les valeurs ne sont pas réellement communes, mais certains buts ou objectifs eux, le sont. Ancrée dans la guerre froide, la relation entre la CEE et l’ASEAN débute informellement en 1972 avec la création du Comité Spécial de coordination de l’ASEAN qui aboutit à une première rencontre entre Européens et membres de l’ASEAN en 1973. D’autres rencontrent suivront jusqu’à la signature de l’accord de coopération en 1980, accord qui reprend les principes de coopération commerciale, économique et au

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Le rôle de l’UE au G5 Sahel

Deux études du Parlement européen dressent un tableau de la participation de l’UE dans la région du Sahel. Marquée une instabilité aggravée par le coup d’État au Mali en aout 2020, les pays du G5 doivent faire face à de nombreux défis et pas uniquement sécuritaires. La croissance de la population, la pauvreté et le changement climatique assombrissent les perspectives de développement pour des États dont le pouvoir central reste faible, avec une armée peu équipée et des frontières poreuses. Après la création du G5 Sahel en 2014 et son aspect sécuritaire en 2017 afin de lutter contre le terrorisme, l’Union européenne s’était rapprochée du G5 en apportant une aide au développement ainsi qu’en déployant trois missions de la PSDC pour entrainer et conseiller les armées nationales. Aux trois missions de l’UE s’ajoutent la mission des Nations unies (MINUSMA) présente au Mali depuis 2013, la mission française Barkhane qui a

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

La Pax Europaea et son approche du futur

Le Think tank du Parlement européen, l’European Parliamentary Research Service, a publié un rapport résumant la contribution de l’Union européenne à la paix et à la sécurité globale tout en rappelant l’approche de l’UE dans ces domaines. Présentant la pandémie comme un nouveau facteur de déstabilisation, tout comme les événements climatiques extrêmes, ils viennent s’ajouter à la liste dressée par l’UE des menaces identifiées envers la paix et la sécurité : désinformation, insécurité énergétique, conflits, terrorisme, armes de destruction massive et cyber malveillance. Tous ces éléments mettent en péril la démocratie et la stabilité des États alors que le monde connait depuis 2012 une recrudescence des conflits. La Global Strategy en 2016 avait mis en avant qu’il « était prévisible que le monde soit imprévisible » ce que le Brexit, les changements dans la politique étrangère américaine, l’évolution de la posture chinoise et la pandémie n’ont fait que confirmer. Aussi, quel peut

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’UE et l’Angola, bilan de la cinquième rencontre

    Dans l’esprit du Joint Way Forward, la feuille de route qui encadre les relations entre les deux parties, plusieurs sujets ont été abordés lors de cette vidéoconférence. Tout d’abord, dans le chapitre sur la politique et la sécurité régionales, l’UE a salué le rôle que l’Angola a joué dans la région en tant que Secrétaire général pour le groupe ACP, Président de la Commission Economic Community Central African States et au sein de la Southern African Development Community. L’Angola s’est ainsi engagé dans le processus de paix en république centrafricaine, mais aussi dans la région du golfe de guinée, avec la possibilité de mettre en place une coopération trilatérale Union européenne-Union Africaine-Nations unies dans des domaines spécifiques. La réunion a également permis de préparer le sommet UE-UA qui doit se tenir, sous réserve, en octobre 2020. La crise du Covid a été abordée, ses conséquences sanitaires, mais aussi

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

La sécurité et la défense européenne face à la crise du Covid-19

Ce rapport du Parlement européen analyse l’impact pour l’Union européenne de la crise du Covid 19 sur les questions de sécurité et de défense entre décembre 2019 et juin 2020. Quatre domaines sont mis en avant : 1 – L’effet de la pandémie sur les conflits en cours Soit elle peut les aggraver, soit offrir la possibilité de mettre en place un cessez-le-feu ou d’en renforcer un préexistant. Mais l’affaiblissement de l’État dû à la crise sanitaire peut favoriser les actions de déstabilisation menées par les groupes armés comme ce fut le cas au Yémen, en Libye ou au Levant, la situation étant aggravée si l’État central était déjà en difficulté. De plus, l’absence de rencontres en face à face pour les pourparlers de paix handicape les chances de résolution d’un conflit. D’autre part, la chute des cours du pétrole peut également pousser certaines factions qui voient leurs revenus diminuer à

Lire la suite »