La politique étrangère et de sécurité commune

L’AUKUS n’est qu’une des perceptions de l’Indopacifique parmi d’autres

Une semaine après l’annonce de la création de l’AUKUS par les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, l’Inde a profité d’une rencontre du QUAD à Washington pour faire connaitre sa position sur la question et, malgré sa proximité avec ses partenaires du QUAD, clairement s’en démarquer. Une semaine auparavant, c’était également le discours sur l’Etat de l’Union et la présentation de la stratégie européenne pour l’Indopacifique, deux textes qui pourraient grandement contribuer à crédibiliser l’action extérieure de l’Union européenne. En effet, il existe plusieurs perceptions de l’Indopacifique, l’AUKUS n’est que l’une d’entre elles. L’UE et l’Inde ont-elles les moyens, et la volonté, de proposer une alternative pour l’Indopacifique ? La position indienne se démarque de l’AUKUS Pour sa première réponse officielle à l’émergence de l’alliance AUKUS, l’Inde a, par la voie de son secrétaire des affaires étrangères, pris garde de bien différencier le QUAD et l’AUKUS. Harsh Shringla, lors d’une rencontre

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

La PSDC en temps de Covid

L’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne a publié début septembre un rapport sur l’impact que peut avoir la pandémie sur les opérations de la PSDC, et plus particulièrement sur les retours d’expériences qui pourraient enrichir la conduite de celle-ci. En effet, alors qu’en l’espace de huit semaines (à partir de mars 2020) la moitié du personnel déployé dans les OPEX de la PSDC a dû être évacué, toutes les missions, civiles ou militaires, n’ont pas été affectées de la même manière. Et, malgré la tragédie, l’observation de la conduite d’une PSDC confrontée à une crise majeure devrait grandement améliorer sa coordination et son fonctionnement. La communication au début de la crise Sans surprise, il en ressort que la pandémie a eu un fort impact sur la transmission d’informations entre la Civilian Planning and Conduct Capability (CPCC), qui coordonne les missions civiles, le Military Planning and Conduct Capability (MPCC), qui

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’Union européenne, entre multilatéralisme et multipolarité

Un des principes que l’Union européenne défend depuis sa création est la promotion du multilatéralisme, que ce soit par la primauté donnée à l’ONU ou aux partenariats qu’elle tisse avec d’autres organisations régionales ou multilatérales. Si l’UE ne peut trouver un consensus sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, par l’opposition entre le G4 et l’Italie, elle s’accorde sur la nécessité de moderniser le tissu multilatéral alors que se multiplient les sommets minilatéraux et qu’un monde multipolaire se dessine. Les fondements du multilatéralisme pour l’Union européenne La définition même du concept montre comment l’UE y trouve non seulement sa place, mais aussi ses moyens d’action. Système mondial de coopération entre plus de deux acteurs où chaque État cherche à promouvoir ses relations avec les autres plutôt que d’agir unilatéralement, il est à la base du maintien de la paix par la discussion plutôt que par l’absence de

Lire la suite »
États membres et Asie

L’UE, les États membres et l’Indopacifique, un fauteuil pour deux ?

La France, l’Allemagne et les Pays-Bas ont déjà défini des stratégies pour l’Indopacifique tandis que Josep Borrell, le Haut-représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a publié en mars un plaidoyer en faveur d’une stratégie semblable, mais commune à l’Union européenne. Quels peuvent en être les fondements et sa portée ? Et avec qui ? Les États membres en éclaireurs Alors qu’il présentait leur stratégie pour l’indopacifique, les Pays-Bas appelaient l’Union européenne à faire de même, la région étant une zone vitale pour le commerce européen. Après la France et l’Allemagne, les Pays-Bas furent le troisième État membre à présenter un tel concept, bien que les intérêts à défendre ne soient pas nécessairement semblables selon les États. Si l’idée commune est de diversifier ses partenariats en Asie dans le contexte d’une guerre commerciale sino-américaine et des tensions récurrentes en mer de Chine méridionale, la France

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Les relations entre l’UE et la Russie, la fin de l’Histoire ?

  Le déplacement de Josep Borrell à Moscou en février 2021 l’a une nouvelle fois rappelé, les relations entre l’Union européenne et la Russie restent tendues bien que certains États membres mènent leur propre agenda avec la Russie. Alors qu’un Conseil européen doit se tenir les 25 et 26 mars afin d’aborder, entre autres, les relations avec la Russie, ou en sont-ils ? Car l’enjeu pour l’UE et la Russie dépasse leur simple relation, il s’agit de ne pas être seulement considéré comme un « junior Partner » de leur allié dans le cadre des tensions sino-américaines, la Russie pour la Chine, l’UE pour les États-Unis. Mais baser une politique reposant sur la perspective d’un affaiblissement de la Russie, comme tend à le pratiquer parfois l’Occident et sa « strategic patience », n’est pas non plus une stratégie viable à moyen terme. La relation UE-Russie post guerre froide, un peu d’histoire La perspective

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Le cyber comme élément de l’autonomie stratégique européenne

La stratégie européenne de cybersécurité doit permettre à l’UE de protéger ses intérêts et d’assurer son intégrité numérique. Il ne s’agit pas seulement de se prévenir contre des cyberattaques visant des intérêts sécuritaires, mais aussi de protéger tous les aspects d’une société connectée, allant des hôpitaux, du transport aérien, du processus démocratique ou encore de l’approvisionnement énergétique. Cette mise à jour de la stratégie doit, par elle-même, mais aussi par la coopération internationale, assurer aux citoyens et aux entreprises européennes un usage sûr du cyberespace. Quatre domaines sont considérés comme vulnérables et doivent être protégés : 1 – La protection du marché intérieur 2 – Permettre l’application du droit national et international 3 – La diplomatie 4 – La défense Pour apporter des solutions, le document se divise en trois parties principales : 1 – Resilience, technological sovereignty and leadership 2 – Building operational capacity to prevent, deter and respond 3 – Advancing

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

L’espace comme élément de l’autonomie stratégique européenne

Le 16 décembre dernier, la Commission européenne et le Haut Représentant ont présenté la stratégie européenne de cybersécurité, le même jour était conclu un accord entre la Présidence du Conseil et le Parlement européen définissant le programme spatial de l’UE pour les années 2021 à 2027. Si ce jour reste symbolique, il est pour l’idée d’une autonomie stratégique européenne d’une importance capitale. Un domaine devenu incontournable L’espace est devenu un enjeu sécuritaire comme tout territoire terrestre, la surveillance spatiale (Space Situational Awareness, SSA et Space surveillance and tracking, SST), la surveillance du domaine maritime (Maritime Domain Awareness, MDA), le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (Intelligence surveillance and reconnaissance, ISR) devant être intégrés dans les stratégies de sécurité nationale. Il était plus facile d’observer à partir d’un Key Hole que d’un U2 quand les satellites restaient hors d’atteinte. Cependant, le développement des technologies antisatellite (ASAT) s’est accéléré ces dernières années. Aveuglement

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’UE et la gouvernance globale post-covid, quatre scénarios à défendre

Défendre ses intérêts ou promouvoir ses valeurs ? L’Union européenne est elle capable d’avancer sur ces deux axes dans un monde post-covid alors que la difficulté d’approvisionnement en matériel médical de toutes sortes a rappelé la dépendance de l’UE dans ce domaine. Cependant, défendre ses intérêts et c’est alors la compétition la plus acharnée entre l’UE et ses partenaires, mais aussi potentiellement au sein de l’UE tandis que promouvoir ses valeurs est un concept qui fait déjà partie des politiques européennes, mais il s’agirait alors de l’élever à un autre niveau dans la coopération internationale. Ceci afin de créer une « cooperative governance » au niveau des États et un « ethical capitalism » dans la sphère privée, entreprises et ONGs qui intégreraient les valeurs sociales et environnementales dans leurs stratégies. La gestion des ressources naturelles de tous types se trouvant au cœur du dilemme entre la défense des intérêts nationaux et la coopération internationale,

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’effective multilateralism, un défi pour l’Union européenne

Le Think Tank du Parlement européen a publié une analyse sur les difficultés rencontrées par l’esprit du multilatéralisme que la pandémie n’a fait qu’aggraver. Avant elle, les États-Unis s’étaient désengagés du Joint Comprehensive Plan of Action, le dialogue avec l’Iran au sujet de son programme nucléaire, mais aussi de l’Accord de Paris sur le climat, pour ne prendre que ces deux exemples. Le consensus devient difficile à trouver et le multilatéralisme doit compter avec la montée du protectionnisme qui ne cherche qu’à l’affaiblir. L’Union européenne et le multilatéralisme Pour l’Union européenne qui fait de la défense du multilatéralisme une de ses valeurs essentielles, seul à même d’assurer l’existence d’une gouvernance globale régie par le droit et non par la force, l’enjeu est important. En tant qu’organisation multilatérale la plus aboutie, l’affrontement économique et stratégique sino-américain lui rappelle qu’elle forme un ilot dans un système international ou l’équilibre des forces et

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Charles Michel présente sa vision de l’« autonomie stratégique européenne »

                          Dans un discours enthousiaste sur les capacités de l’Union européenne, confrontée à des enjeux complexes parce qu’elle est bien une « puissance stratégique », Charles Michel évoque la place de l’UE face à un « arc d’instabilité » qui s’est développé autour d’elle. La relation avec la Russie et le cas de l’Ukraine, puis du Belarus, qui a vu l’arrêt de l’expansion de l’espace démocratique européen, la relation avec la Turquie avec en toile de fond la Syrie, la Libye et les tensions en méditerranée, l’Afrique, le Brexit, les États-Unis, la Chine, le Président du Conseil européen dresse un constat clair des défis que l’UE doit relever. Mettant en avant la capacité européenne à surmonter les défis qui se présentent, comme avec le Covid-19 et le plan de relance économique, l’UE doit, sur le plan extérieur, atteindre cette autonomie stratégique en

Lire la suite »