ASEM

Les vecteurs de l’UE pour promouvoir sa stratégie pour l’Indopacifique

Le mois de juin 2021 est propice au renforcement des relations entre l’Europe et l’Asie. Au début du mois, le Haut représentant (HR) s’est rendu en Indonésie afin d’y rencontrer les principaux dirigeants, mais également visiter le secrétariat de l’ASEAN situé à Jakarta. Lors d’un atelier organisé par un Think tank indonésien, Centre for Strategic and International Studies, le HR a évoqué les grandes lignes de la stratégie européenne pour l’Indopacifique, adoptées par le Conseil en avril 2021. Après l’Indonésie, un autre sommet sur les relations entre l’Europe et l’Asie s’est tenu le 22 juin 2021, la 25ème session du High Policy Dialogue du Dialogue Asie-Europe, l’ASEM. Cela sur fond d’un exercice naval conjoint anti piraterie entre l’Inde et l’UE dans le golfe d’Aden. L’Union européenne affiche ainsi son intérêt pour l’Asie, mais y-a-t’il un partenaire privilégié pour y renforcer sa présence. Tour d’horizon de ces rencontres… L’Indonésie au centre

Lire la suite »
États membres et Asie

L’UE, les États membres et l’Indopacifique, un fauteuil pour deux ?

La France, l’Allemagne et les Pays-Bas ont déjà défini des stratégies pour l’Indopacifique tandis que Josep Borrell, le Haut-représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a publié en mars un plaidoyer en faveur d’une stratégie semblable, mais commune à l’Union européenne. Quels peuvent en être les fondements et sa portée ? Et avec qui ? Les États membres en éclaireurs Alors qu’il présentait leur stratégie pour l’indopacifique, les Pays-Bas appelaient l’Union européenne à faire de même, la région étant une zone vitale pour le commerce européen. Après la France et l’Allemagne, les Pays-Bas furent le troisième État membre à présenter un tel concept, bien que les intérêts à défendre ne soient pas nécessairement semblables selon les États. Si l’idée commune est de diversifier ses partenariats en Asie dans le contexte d’une guerre commerciale sino-américaine et des tensions récurrentes en mer de Chine méridionale, la France

Lire la suite »
États membres et Asie

Le Royaume-Uni et l’indopacifique, le retour à l’est de Suez

L’Observer Research Foundation publie un rapport sur la stratégie britannique dans la région indopacifique. En se basant sur les orientations de politique étrangère définies par Londres en mars 2020, le rapport de l’ORF présente les trois éléments qui ont poussé le Royaume-Uni à définir, lui aussi, une nouvelle stratégie pour l’indopacifique : la Chine, l’impact économique du Brexit et les liens entre Londres et Washington. Cependant, on peut également s’interroger sur les positions indienne et japonaise quant à la volonté affichée des Britanniques de revenir « au-delà de Suez ». Le FOIP, Free and Open Indo Pacific à l’européenne Bien que cette notion d’indopacifique reste à définir plus clairement, la référence à l’action de la Chine (non-respect de l’intégrité territoriale et posture économique qualifiée d’agressive) est le dénominateur commun sous-entendu de toutes les stratégiques définies jusque-là. Il est probable que, sous l’action des États membres, l’Union européenne présente elle aussi une telle stratégie.

Lire la suite »
États membres et Asie

Le triangle France-Inde-Émirats arabes unis, genèse d’une alliance de raison ?

Delhi et Paris partagent la vision d’une indopacifique libre et ouverte, un constat régulièrement mis en avant lors de leur échange diplomatique. Mais la notion même d’indopacifique est très large, s’étendant géographiquement jusqu’aux abords du golfe persique. Et dans cette région, la France et l’Inde ont tissé de solides relations avec un pays, les Émirats arabes unis. Alors que le conflit autour du Qatar s’est adouci, qu’Israël est diplomatiquement plus proche d’une partie du monde arabe, il reste en suspend la question du nucléaire iranien et du rôle de Téhéran dans le golfe ainsi qu’en Afghanistan. La coopération entre l’Inde et la France Dans le contexte des tensions sino-indiennes et du soutien apporté à l’Inde par la France, c’est la coopération dans le domaine de la défense qui peut être mis en avant. Les deux pays sont de grandes démocraties, mais le rapprochement franco-indien est aussi dû à des intérêts

Lire la suite »
États membres et Asie

L’Indopacifique, vecteur de rapprochement entre l’Inde et l’Europe ?

L’Indopacifique En novembre 2020, les Pays-Bas furent le troisième État membre à présenter un concept de stratégie pour la région Indopacifique, après la France en 2018 et l’Allemagne en septembre 2020(voir l’actualité). Au centre de ces stratégies, la relation avec l’Inde, la protection des routes commerciales et l’attitude à adopter face à la montée en puissance de la chine et de ses prétentions. D’autres états membres européens, comme l’Italie, ou un pays européen comme le Royaume-Uni sont en pleine réévaluation de leurs liens avec l’Inde, mais sans avoir à ce jour clairement accepté ce concept. Dans le cas du Royaume-Uni post-Brexit, le Premier ministre devait y effectuer son premier voyage officiel à l’occasion du Republic Day, l’aggravation de la pandémie ayant entrainé l’annulation de la visite. Cependant, un vaste accord commercial est en négociation. Avec l’Italie, les liens se resserrent entre Rome et Delhi, mais il ne faut pas perdre

Lire la suite »
États membres et Asie

L’Italie renforce ses liens avec l’Asie

L’Italie, la Chine et la Corée Tandis que l’Italie et la Chine célèbrent les 50 ans de l’établissement de leurs relations diplomatiques, Rome a également tenu avec Séoul la première visioconférence au sujet de leur nouveau dialogue stratégique. Les liens entre Rome et Pékin se sont renforcés pendant la première phase européenne de la pandémie, la Chine ayant apporté une assistance matérielle à une Italie durement frappée par la Covid-19. Avec la Corée, il aura fallu deux ans après leur sommet bilatéral en octobre 2018 pour que ce « dialogue stratégique », établissant une coopération dans de nombreux domaines, puisse devenir un peu plus concret. Rome a pu profiter de la volonté sud-coréenne de renforcer ses relations avec les grands pays européens, en particulier avec l’Allemagne qui préside l’UE, le Royaume-Uni et l’Italie qui présideront le G7 et le G20 en 2021. Pour la Corée, un dialogue stratégique, c’est l’opportunité de multiplier

Lire la suite »
Espace et balistique

La coopération spatiale franco-indienne, l’autre facette du partenariat

En mars 2018, l’Inde et la France avaient conclu un accord afin de renforcer leur coopération dans le domaine de l’exploration spatiale[1]India-France Joint Vision for Space Cooperation : https://mea.gov.in/bilateral-documents.htm?dtl/29597/IndiaFrance+Joint+Vision+for+Space+Cooperation+New+Delhi+10+March+2018. À cette occasion, Delhi et Paris ont pu échanger et présenter leur vision commune de l’espace et de toutes les questions s’y rattachant, y compris sécuritaires. Début octobre, la France a confirmé sa participation à la mission indienne qui doit étudier Venus[2]ISRO to carry first-ever French payload abroad Venus mission scheduled for 2025 : https://www.businessinsider.in/science/space/news/isro-to-launch-venus-mission-in-2025/articleshow/78420140.cms. Cette planète avait déjà été mentionnée comme un possible domaine de coopération, mais ce n’est pas le seul. L’ISRO et le CNES prévoient de coopérer dans le développement de rovers pour l’exploration de la Lune, Mars et d’autres planètes ainsi que de technologies de modélisation informatique pour préparer ces missions. La coopération scientifique franco-indienne C’est la première fois que la France va intégrer des instruments scientifiques

Lire la suite »
États membres et Asie

L’Indo-Pacifique, deuxième acte de l’Asienkonzept pour Berlin

Tandis qu’elle occupe la présidence du Conseil de l’Union européenne, l’Allemagne expose de nouveau une politique asiatique ambitieuse en épousant le concept d’Indo-Pacifique. Le 22 septembre 1993, le gouvernement fédéral allemand avait présenté son approche de la région asiatique et les bénéfices que le pays pourrait retirer d’un renforcement des relations entre l’Allemagne et la région asiatique. Avant tout, cette politique visait à l’accroissement du commerce bilatéral et des débouchés pour l’industrie allemande, mais aussi au renforcement de la coopération internationale et le développement d’une relation politique. Les grandes lignes de cet AsienKonzept se retrouveront dans l’esprit de la « Nouvelle stratégie asiatique » que le Conseil européen adoptera en juillet 1994, alors que l’Allemagne assurait, là encore, la Présidence du Conseil. Dans son document paru en septembre 2020, “Germany-Europe-Asia : Shaping the 21st century together – Policy guidelines for the Indo-Pacific”, le ministère fédéral liste les principes et intérêts que l’Allemagne doit

Lire la suite »
États membres et Asie

L’émergence du minilatéralisme militaire, l’exemple de la France

      Afin de défendre ce qu’ils considèrent comme leurs intérêts stratégiques, et en prenant l’exemple du domaine économique, les États se réunissent également sous la forme de sommets avec peu de participants pour évoquer des questions spécifiques, c’est le cas de la France, de l’Inde et de l’Australie. En effet, le 9 septembre s’est tenu, par visioconférence, le premier sommet Australie-France-Inde entre des représentants des ministères des Affaires étrangères des trois pays. Il s’agit avant tout de renforcer leur coopération dans la région Indo-Pacifique et de mettre en place une consultation régulière sur certains sujets, en particulier dans le domaine maritime. À l’origine de ce sommet, l’initiative de trois Think tanks, la Carnegie India, le National Security College of the Australian National University et la Fondation pour la recherche stratégique qui, en mai 2018, ont mis en avant les convergences de vues de Paris, Delhi et Canberra dans

Lire la suite »
États membres et Asie

Stratégie française en Indopacifique

La France rappelle les grandes lignes de son livre d’orientations stratégiques pour la région Indopacifique publié en 2019, faisant sienne la notion qui remplace celle d’Asie pacifique. Ambition d’autant plus légitime que la France dispose d’une vaste zone maritime, la deuxième au monde. De plus, elle est présente à la fois dans l’Ocean Indian Region et dans le Pacifique, jusqu’aux côtes du Mexique avec Clipperton. Elle rappelle ainsi qu’elle défend la liberté de navigation en mer de Chine, qu’elle doit compter avec la présence de la Chine dans l’IOR et à Djibouti ainsi qu’au développement de l’APL qui va bouleverser les équilibres dans la région tout en dressant un bilan des conséquences régionales des problèmes globaux, le recul du multilatéralisme et la prolifération en premier lieu. Il s’agit donc pour Paris de défendre sa souveraineté tout en surveillant les agissements des pays ou organisations qui pourraient à la fois la

Lire la suite »