La politique de sécurité et de défense commune

La Pax Europaea et son approche du futur

Le Think tank du Parlement européen, l’European Parliamentary Research Service, a publié un rapport résumant la contribution de l’Union européenne à la paix et à la sécurité globale tout en rappelant l’approche de l’UE dans ces domaines. Présentant la pandémie comme un nouveau facteur de déstabilisation, tout comme les événements climatiques extrêmes, ils viennent s’ajouter à la liste dressée par l’UE des menaces identifiées envers la paix et la sécurité : désinformation, insécurité énergétique, conflits, terrorisme, armes de destruction massive et cyber malveillance. Tous ces éléments mettent en péril la démocratie et la stabilité des États alors que le monde connait depuis 2012 une recrudescence des conflits. La Global Strategy en 2016 avait mis en avant qu’il « était prévisible que le monde soit imprévisible » ce que le Brexit, les changements dans la politique étrangère américaine, l’évolution de la posture chinoise et la pandémie n’ont fait que confirmer. Aussi, quel peut

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’UE et l’Angola, bilan de la cinquième rencontre

    Dans l’esprit du Joint Way Forward, la feuille de route qui encadre les relations entre les deux parties, plusieurs sujets ont été abordés lors de cette vidéoconférence. Tout d’abord, dans le chapitre sur la politique et la sécurité régionales, l’UE a salué le rôle que l’Angola a joué dans la région en tant que Secrétaire général pour le groupe ACP, Président de la Commission Economic Community Central African States et au sein de la Southern African Development Community. L’Angola s’est ainsi engagé dans le processus de paix en république centrafricaine, mais aussi dans la région du golfe de guinée, avec la possibilité de mettre en place une coopération trilatérale Union européenne-Union Africaine-Nations unies dans des domaines spécifiques. La réunion a également permis de préparer le sommet UE-UA qui doit se tenir, sous réserve, en octobre 2020. La crise du Covid a été abordée, ses conséquences sanitaires, mais aussi

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

La sécurité et la défense européenne face à la crise du Covid-19

Ce rapport du Parlement européen analyse l’impact pour l’Union européenne de la crise du Covid 19 sur les questions de sécurité et de défense entre décembre 2019 et juin 2020. Quatre domaines sont mis en avant : 1 – L’effet de la pandémie sur les conflits en cours Soit elle peut les aggraver, soit offrir la possibilité de mettre en place un cessez-le-feu ou d’en renforcer un préexistant. Mais l’affaiblissement de l’État dû à la crise sanitaire peut favoriser les actions de déstabilisation menées par les groupes armés comme ce fut le cas au Yémen, en Libye ou au Levant, la situation étant aggravée si l’État central était déjà en difficulté. De plus, l’absence de rencontres en face à face pour les pourparlers de paix handicape les chances de résolution d’un conflit. D’autre part, la chute des cours du pétrole peut également pousser certaines factions qui voient leurs revenus diminuer à

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

L’IA au service des communications militaires, un projet de l’Agence européenne de défense

Le projet CRAI (Communications and Radar Systems hardened with Artificial Intelligence in a contested electronic warfare environment) piloté par l’Allemagne, les Pays-Bas et la Pologne doit assurer la protection et le maintien des communications militaires quelque ce soit l’environnement, y compris face aux interférences créées par la multiplication des utilisateurs ou contre la cyber malveillance. L’appui de l’intelligence artificielle devrait assurer une plus grande réactivité des systèmes de communications face aux changements sur le théâtre d’opérations afin de garantir la stabilité des échanges. Ce projet de recherche se fera sur 36 mois à partir de 2021 et il inclura également, en plus des trois pays pilotes, des entreprises du secteur privé de nombreux pays. Plus de détails sur (en anglais) : Stronger communication & radar systems with help of AI

Lire la suite »
Inde et Chine en Europe

Le partenariat Chine-Russie et l’UE

« Mariage de convenance » ou pas, le renforcement des liens entre Moscou et Pékin représente un défi pour l’Occident et pour l’Union européenne en particulier. Attachées à leur souveraineté, et devant un déclin présumé de l’Occident, Russie et Chine sont en profonds désaccords avec l’idée que les valeurs occidentales soient universelles. Ils se retrouvent sur de nombreuses positions, défendant la non-ingérence, ayant une vision particulière des droits de l’homme, qui selon eux doivent être secondaires par rapport aux droits de l’État, mais aussi par une maîtrise des nouvelles technologies pour parfaire leur communication. Sur la question des droits de l’homme, les deux pays travaillent de concert au sein des institutions internationales, ONU en premier lieu, pour que ce sujet passe au second plan (limitation des budgets, changement d’interprétation des termes, etc….). Ainsi, après avoir dû accepter des normes qui ont été définies par l’Occident, l’alliance sino-russe ambitionne désormais d’en définir de

Lire la suite »
L’UE et les droits de l’homme

Les importations cambodgiennes pénalisées

Pour non-respect des droits de l’homme, une partie (20%) des importations cambodgiennes seront désormais soumises aux droits de douane. Averti par l’UE en février 2020, le pays n’a pas pris les mesures nécessaires pour se conformer aux conditions européennes. Néanmoins, 80% des importations du pays bénéficient toujours d’un traitement préférentiel lié au programme de l’UE « Tout sauf les armes ». Ce qui est reproché à Phnom Penh est de ne pas respecter les droits politiques des membres de l’opposition, les droits civiques ou les droits des travailleurs cambodgiens. Plus de détails sur : Conséquence des préoccupations liées aux droits de l’homme, le Cambodge perd son accès en franchise de droits au marché de l’Union européenne Le programme « Tout sauf les armes »

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

La sécurité du flanc sud de l’Europe ou la stratégie du mille-feuille

Sven Biscop retrace dans cet article les difficultés que rencontrent les Européens pour assurer leur sécurité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En 2016, parmi les objectifs définis dans sa Global Strategy, l’UE n’avait pu que souhaiter que ces pays puissent disposer d’un appareil étatique stable et d’un développement économique favorisant son développement sur le long terme. Dans une région en paix, cela pourrait suffire pour assurer sa sécurité, mais une partie de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient est en guerre. Dans ces régions se retrouvent donc imbriquées des opérations de l’UE et de l’OTAN. En Afrique, les Européens se concentrent sur le Sahel avec Barkhane tandis que l’UE y déploie des missions entrainement des forces de sécurité, des missions civiles et l’ONU, pour sa part, dispose de 15000 Casques bleus au sein de l’opération Minusma. Mais l’UE n’a pas de stratégie coordonnée pour la Libye, les États

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’UE participe activement à l’aide humanitaire apporté aux pays touchés par le coronavirus

En complément de ceux mis en place par l’ONU et le Programme alimentaire mondial, l’UE a organisé 45 ponts aériens afin de fournir de l’aide médicale aux pays dont le système de santé ne permet pas une lutte efficace contre la pandémie. L’UE propose aux États membres et aux acteurs humanitaires une aide logistique qui complète leur capacité, mais qui permet aussi de desservir des destinations où les vols de frets, et encore plus de passagers, sont devenus rares. Afghanistan, Soudan du Sud, Yémen, RCA et RDC font partie des pays bénéficiaires de ce soutien européen. Plus de détails sur : Riposte mondiale au coronavirus: l’UE met en place 45 ponts aériens humanitaires pour fournir plus de 1 000 tonnes d’aide médicale

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Après des cyberattaques, l’UE impose ses premières sanctions

Dans le cadre de l’intensification de la lutte contre la cybercriminalité, le Conseil a décidé de sanctionner six personnes et trois entités responsables de diverses cyberattaques, dont celles contre l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et Wannacry. À cette occasion, l’UE rappelle son attachement à un cyberespace sûr et pacifique et la nécessité de promouvoir un panel de règles internationales en ce sens. Plus de détails sur : L’UE impose les toutes premières sanctions à la suite de cyberattaques Décision du conseil avec en annexe les personnes et entités visées Positions des institutions européennes sur la question

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

RAS : Publication des rapports annuels sur Hong Kong et Macao

La Commission européenne et le Haut représentant ont présenté les rapports sur l’évolution politique, économique et sociale des Régions administratives spéciales de Macao et d’Hong-Kong. Dans le cas de Macao, la coopération économique entre la région et l’UE reste bonne, l’UE restant le deuxième partenaire dans ce domaine derrière la Chine continentale. Quant à l’état de droit défini par l’accord de rétrocession (Macao’s Basic Law), il est plutôt respecté malgré une hausse de la censure contre les journalistes. À la différence de Hong Kong ou le suffrage universel est clairement inscrit dans la loi, ce n’est pas le cas dans la ville des casinos même si l’UE enjoint les autorités locales à l’implémenter. Quant à Hong Kong, la situation est tout autre. Le rapport met en avant la perte d’autonomie, de stabilité et des libertés garanties par la Basic Law. L’UE accuse la Chine de vouloir imposer les lois sécuritaires

Lire la suite »