La politique de sécurité et de défense commune

La sécurité du flanc sud de l’Europe ou la stratégie du mille-feuille

Sven Biscop retrace dans cet article les difficultés que rencontrent les Européens pour assurer leur sécurité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En 2016, parmi les objectifs définis dans sa Global Strategy, l’UE n’avait pu que souhaiter que ces pays puissent disposer d’un appareil étatique stable et d’un développement économique favorisant son développement sur le long terme. Dans une région en paix, cela pourrait suffire pour assurer sa sécurité, mais une partie de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient est en guerre. Dans ces régions se retrouvent donc imbriquées des opérations de l’UE et de l’OTAN. En Afrique, les Européens se concentrent sur le Sahel avec Barkhane tandis que l’UE y déploie des missions entrainement des forces de sécurité, des missions civiles et l’ONU, pour sa part, dispose de 15000 Casques bleus au sein de l’opération Minusma. Mais l’UE n’a pas de stratégie coordonnée pour la Libye, les États

Lire la suite »
Inde et Chine en Afrique

L’Afrique pour remédier à la crise des investissements sino-européens ?

Le think tank China Institutes of Contemporary International Relations revient sur les changements récents que connait la relation entre l’UE et la RPC à l’occasion du 45ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques. Relation marquée par l’économie, elle le fut aussi ces dernières années par une hausse importance des investissements chinois sur le continent européen. Mais devant les craintes exprimées par des ministres et hauts responsables européens sur les risques encourus pour la souveraineté industrielle dans les hautes technologies, la tendance s’est inversée ces dernières années et s’est même accélérée en 2019 (-33%). Alors que les FDI chinois en Europe ne représentaient que 840 millions de dollars en 2008, ils avaient atteint le montant record de 42 milliards de dollars en 2016, 18 en 2018 pour tomber à 12 milliards en 2019. En cause, un nouveau système européen pour évaluer les FDI étrangers, mais aussi le marché chinois qui reste

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

L’UE participe activement à l’aide humanitaire apporté aux pays touchés par le coronavirus

En complément de ceux mis en place par l’ONU et le Programme alimentaire mondial, l’UE a organisé 45 ponts aériens afin de fournir de l’aide médicale aux pays dont le système de santé ne permet pas une lutte efficace contre la pandémie. L’UE propose aux États membres et aux acteurs humanitaires une aide logistique qui complète leur capacité, mais qui permet aussi de desservir des destinations où les vols de frets, et encore plus de passagers, sont devenus rares. Afghanistan, Soudan du Sud, Yémen, RCA et RDC font partie des pays bénéficiaires de ce soutien européen. Plus de détails sur : Riposte mondiale au coronavirus: l’UE met en place 45 ponts aériens humanitaires pour fournir plus de 1 000 tonnes d’aide médicale

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Après des cyberattaques, l’UE impose ses premières sanctions

Dans le cadre de l’intensification de la lutte contre la cybercriminalité, le Conseil a décidé de sanctionner six personnes et trois entités responsables de diverses cyberattaques, dont celles contre l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et Wannacry. À cette occasion, l’UE rappelle son attachement à un cyberespace sûr et pacifique et la nécessité de promouvoir un panel de règles internationales en ce sens. Plus de détails sur : L’UE impose les toutes premières sanctions à la suite de cyberattaques Décision du conseil avec en annexe les personnes et entités visées Positions des institutions européennes sur la question

Lire la suite »
Dans les organisations

L’impact de la pandémie sur les BRICS et l’OCS

Dans le contexte des tensions entre les États-Unis, la Chine et la Russie, les membres des BRICS et de l’Organisation de coopération de Shanghai restent plutôt soudés malgré les circonstances. L’élection de Jair Bolsonaro au Brésil avec ses postions tranchées sur la Chine et son rapprochement des États-Unis faisait craindre un départ de Brasília des BRICS tout comme le récent affrontement sino-indien. Devant l’affaiblissement d’un multilatéralisme défini par l’Occident, les BRICS et l’OCS sont pour les diplomaties indienne et russe, des cartes maîtresses dans l’optique d’une hypothétique recomposition de la gouvernance globale de l’après-covid. Plus de détails sur : Non-Western multilateralism: BRICS and the SCO in the post-Covid world

Lire la suite »
UE-Corées

Renouvellement des sanctions ciblées contre la Corée du Nord

L’Union européenne a prolongé d’un an les mesures restrictives à l’encontre de personnalités et entités nord-coréennes, et ce pour une année supplémentaire. 57 personnes et 9 entités sont ainsi visées en raison de leur lien avec les programmes nucléaires et balistiques du pays ainsi que le développement d’armes de destruction massive. Plus de détails sur : Corée du Nord: l’UE confirme les sanctions autonomes pour une année

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

RAS : Publication des rapports annuels sur Hong Kong et Macao

La Commission européenne et le Haut représentant ont présenté les rapports sur l’évolution politique, économique et sociale des Régions administratives spéciales de Macao et d’Hong-Kong. Dans le cas de Macao, la coopération économique entre la région et l’UE reste bonne, l’UE restant le deuxième partenaire dans ce domaine derrière la Chine continentale. Quant à l’état de droit défini par l’accord de rétrocession (Macao’s Basic Law), il est plutôt respecté malgré une hausse de la censure contre les journalistes. À la différence de Hong Kong ou le suffrage universel est clairement inscrit dans la loi, ce n’est pas le cas dans la ville des casinos même si l’UE enjoint les autorités locales à l’implémenter. Quant à Hong Kong, la situation est tout autre. Le rapport met en avant la perte d’autonomie, de stabilité et des libertés garanties par la Basic Law. L’UE accuse la Chine de vouloir imposer les lois sécuritaires

Lire la suite »
Inde et Chine en Amérique

Conflit sino-indien, l’administration Trump prend parti

Suite à l’aggravation de la situation dans l’Himalaya, les États-Unis ont pour la première fois apporté un soutien public à l’Inde. Alors qu’au moment de l’affaire du plateau de Doklam en 2017, ils étaient restés plutôt silencieux, devant la montée des tensions au mois de mai, les deux parties ont eu des échanges de haut niveau. Par exemple, le Secrétaire de la défense américain, Mark T. Esper s’était entretenu avec son homologue indien Rajnath Singh le 29 mai afin de prévoir les prochaines étapes pour renforcer le partenariat dans le domaine de la défense. Le 2 juin, ce fut le Président Trump et le Premier ministre Narendra Modi qui échangèrent sur les tensions frontalières et le cas de l’OMS. Dans le contexte de l’après-Galwan, le comportement de la Chine fut dénoncé par de nombreux hauts responsables et universitaires américains, les États-Unis soutenant l’Inde également dans sa décision de bannir plusieurs

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Quelle signification pour les termes de la diplomatie européenne ?

La présidente de la Commission européenne souhaite en faire un organe géopolitique tandis que le Haut Représentant affirme que l’UE doit appréhender le sens du mot pouvoir. Cependant, de quelle géopolitique parle Mme von der Leyen ? Quel est la définition du « pouvoir » mis en avant par M. Borrell ? L’Institut d’études stratégiques de l’UE s’interroge sur le sens des mots en lien avec la Global Strategy définie en novembre 2016 et l’initiative lancée en mars 2020 par les ministres de la défense de l’UE, Strategic Compass. Celle-ci ouvre deux années de débat et de réflexion qui doivent préciser les orientations politico-stratégiques de l’UE en lien avec ses capacités. Pour que cette initiative renforce l’action de l’UE, il faut néanmoins s’accorder sur les termes, une diplomatie n’est commune que si les termes sont communs. Plus de détails sur : Uncharted territory ? Towards a common threat analysis and a strategic compass for EU

Lire la suite »
Inde et Chine en Europe

La relation Inde-UE, moins de discours, plus de concret ?

2012, 2017, 2020, les années ou se sont tenus les derniers sommets bilatéraux entre l’Union européenne et l’Inde. Marquées par des négociations difficiles sur un traité d’investissement (BTIA) qui sont à l’arrêt depuis 2013, mais aussi par un plan d’action décidé en 2017, lui aussi ambitieux, mais dont les résultats sont en deçà des espérances, les relations UE-Inde ne révèlent pas encore leur potentiel. Alors que l’UE doit signer avec la Chine un accord d’investissement, le commerce bilatéral entre Delhi et Bruxelles augmente, mais la lenteur des négociations ralentit sa croissance… Pourtant, une étude du Parlement européen estime à 90 milliards le commerce bilatéral avec un léger excédent de 2 milliards d’euros en faveur de l’Inde. Delhi avait souhaité remplace le BTIA par un autre traité du même registre, le Bilateral Investment Treaty mais Bruxelles a refusé de négocier le texte. Pourtant, BTIA et BIT sont deux accords de libre-échange,

Lire la suite »