Espace et balistique

Lancement du dernier satellite de Beidou

Le 23 juin, la Chine a procédé au lancement du dernier de ses 35 satellites pour la constellation Beidou qui doit supprimer la dépendance de Pékin au GPS américain. La Chine est le premier pays asiatique à avoir mis un homme en orbite, mais c’est à l’Inde que revient le privilège d’avoir été la première à envoyer avec succès une mission sur Mars. Alors que la compétition spatiale entre les États-Unis et la Russie avait marqué la guerre froide, on assiste au développement de plusieurs programmes spatiaux en Asie dont les programmes chinois, indien et japonais sont les plus avancés et à une nouvelle forme de compétition. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/from-earth-to-space-68717/

Lire la suite »
Tensions sino-indiennes

Après Galwan, l’Inde doit renforcer son emprise maritime régionale

En décembre 2019, l’Inde a décidé d’étendre la zone de l’IOR (Indian Ocean Region) pour inclure les iles des Comores, de la Réunion et de Madagascar en plus des Seychelles, du Sri Lanka, de Maurice et des Maldives. L’IOR est pour Delhi une zone de sécurité dans laquelle elle doit pouvoir surveiller tout trafic. Cependant, si elle défend la liberté de navigation en mer de Chine, au grand dam de la Chine, le développement de points d’appui dans l’IOR pour la marine de l’APL peut représenter une menace directe pour sa zone économique exclusive. Quels sont les moyens que l’Inde peut mettre en œuvre pour limiter l’influence de Pékin dans l’IOR ? Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/expert-speak/delhi-needs-to-work-with-its-indian-ocean-neighbours-to-deny-strategic-foothold-to-china-68633/

Lire la suite »
Forces armées asiatiques

La place des iles Andaman et Nicobar dans l’économie et la sécurité du sous-continent

Depuis la création en 2017 d’un office gouvernementale chargée de favoriser le développement économique de l’archipel, une quinzaine d’iles ont bénéficié du programme. Cependant, la position stratégique des iles, aux portes de l’Asie du Sud est et sur des routes commerciales de première importance, offre à l’Inde la possibilité de contrôler une vaste zone. Elle dispose déjà de nombreuses infrastructures militaires regroupées sous l’autorité du Tri-Services Andaman and Nicobar Command (ANC) et peut devenir, avec les investissements nécessaires, un élément clé de la politique indienne dans l’Indian Ocean Region. Plus de détails sur : https://idsa.in/policybrief/strategic-potential-andaman-nicobar-sujanchinoy-260620

Lire la suite »
Tensions sino-indiennes

Galwan et le futur de la relation sino-indienne

Alors que pendant 45 ans, aucun mort n’avait été à déplorer sur la LAC, 19 soldats indiens et leur commandant sont morts dans un affrontement avec l’APL dans la nuit du 15 au 16 juin. Si le bilan est inconnu du côté chinois, les blessures reçues par les soldats indiens montrent la violence de l’affrontement. Après l’incident de Doklam en 2017, les deux parties avaient cherché à apaiser la situation par des Confidence Building Measures comme lors du sommet de Wuhan en 2018. Ce qui s’est passé à Galwan est justement l’inverse de Doklam, cette fois, ce sont les Chinois qui ont voulu empêcher les Indiens de poursuivre la construction d’une route. Est-ce que cette route est une menace pour l’Aksaï Chin occupé par la Chine depuis 1962 ? Est-ce que la Chine envoie un message à l’Inde et est-ce « simplement » un accident ? Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/the-galwan-valley-india-china-skirmish-is-a-gamechanger-for-new-delhi-68060/ https://www.orfonline.org/research/china-kills-20-indian-soldiers-67998/

Lire la suite »
Industrie de défense asiatique

Une augmentation sous contrainte des FDI dans l’industrie de défense indienne

En lien avec le projet de réforme de l’industrie de défense indienne, la question des investissements étrangers et des partenariats formés avec des entreprises étrangères. En prenant l’exemple du programme 75I qui doit permettre de produire localement 6 sous-marins diesels-électriques, l’article soulève la dichotomie entre les FDI autorisés à hauteur de 74% mais toujours plafonnés à 49% dans les secteurs stratégiques. La synergie entre les compagnies indiennes comme Mazagon Dock Limited ou L&T [1]https://www.lntshipbuilding.com/et les entreprises étrangères sélectionnées qui formeraient des joint-ventures pourrait ne pas suffire aux succès des programmes, et ce malgré les transferts de technologie. En effet, en cas de joint-ventures réussies, elles ne seraient pas nécessairement éligibles à des commandes de l’État indien du fait des restrictions imposées par la loi. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/expert-speak/indias-strategic-partnership-policy-is-counter-productive-in-its-current-form-67511/ References[+] ↑1 https://www.lntshipbuilding.com/

Lire la suite »
Forces armées asiatiques

La marine indienne face aux restrictions budgétaires

A l’heure du Covid-19 et des difficultés économiques, le Chef d’État-major de l’armée indienne a indiqué que l’Indian Navy allait devoir choisir entre deux priorités, le renforcement de l’arme sous-marine ou l’acquisition de porte-avions, dont le Vishal de 65000 tonnes. La marine indienne ayant besoin de trois porte-avions, l’article met en balance les couts engendrés et surtout l’intérêt stratégique de chacune des armes, les deux étant néanmoins essentielles pour la défense du pays. D’un côté les 7 milliards prévus pour le programme P75I de la classe Kalvari ou les 7 milliards de dollars, sans les aéronefs, pour le Vishal. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/expert-speak/future-of-indian-defence-and-the-role-of-aircraft-carriers-67501/

Lire la suite »
Tensions sino-indiennes

Rencontre entre militaires indien et chinois sur la LAC

La rencontre entre les commandants militaires indien et chinois des districts concernés par les tensions sur la frontière des derniers mois n’a pas eu le résultat escompté, une feuille de route vers la désescalade. C’est même, selon l’article qui en retrace l’histoire, une sérieuse brèche dans les Conficence Buildings Measures mises en place en 1993 et qui remet en cause une nouvelle fois la perception réciproque de la Line of Actual Control. Malgré des reculs de quelques kilomètres par endroit, les tensions ne s’apaisent pas. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/indo-china-row-signals-breakdown-of-confidence-building-measures-67469/

Lire la suite »
Tensions sino-indiennes

Exercice militaire d’envergure de l’APL au Tibet

Le commandement de la région militaire du Tibet a organisé un exercice en haute altitude, à 4700 mètres. L’objectif était la destruction d’un poste de commande en territoire ennemi. D’abord par l’infiltration d’éléments de reconnaissance, l’utilisation de drones porteurs d’explosifs pour éliminer les obstacles, de snipers pour désorganiser les troupes adverses et enfin de véhicules et d’artilleries pour détruire l’avant-poste. Dans les conditions de combat difficiles en haute altitude, le manque d’oxygène et matériels mis à l’épreuve, une seule bataille victorieuse peut permettre de l’emporter dans un conflit localisé. Plus de détails sur : https://www.globaltimes.cn/content/1190342.shtml

Lire la suite »
Focus sur...

Focus sur …. La question maritime sino-indienne

L’enjeu Des puissances continentales ayant l’ambition de posséder une marine capable d’être projetée sur tous les théâtres du globe, voilà les ambitions de la RPC et de l’Inde. Auparavant, la RPC s’est focalisée sur la défense des côtes et le développement de capacité d’interdiction afin de gêner tout déploiement américain dans le détroit de Taiwan tandis que la marine indienne surveillait ses cotes. L’émergence de leurs économies entraînant une augmentation des importations de matières premières ou d’hydrocarbures, la mer est devenue un enjeu stratégique. 90% du commerce extérieur indien par le volume et 70% par la valeur se fait par voie maritime dont 70% des importations d’hydrocarbures tandis que pour la RPC, c’est 90% du commerce extérieur, 65% en valeur et 85% des importations d’hydrocarbures qui transitent par mer. Pékin s’étant lancé dans la course plus tôt que Delhi pour des impératifs de revendications territoriales, la marine de l’APL dispose

Lire la suite »
Focus sur...

Focus sur …. L’arme sous-marine en Indo-pacifique

Globalement, la fin de la guerre froide a entraîné une baisse des budgets militaires dans les pays de l’OTAN et de l’ancien Pacte de Varsovie. Cette contraction financière a eu un impact sur les effectifs et c’est particulièrement vrai pour ce qui concerne les marines militaires du globe. Par exemple, dans le cas des sous-marins, alors qu’il y en avait près de 1000 en service à la fin de la guerre froide, il n’y avait plus que 500 en 2013[1]Ministère de la Défense, Marine nationale, Dans le monde : 500 sous-marins, 2013. [En ligne :https://www.defense.gouv.fr/marine/magazine/traque-en-eaux-profondes/dans-le-monde-500-sous-marins]. … Continue reading. Cependant, il existe des disparités entre les régions du monde, mais aussi dans la qualité des navires. Le nombre de marines en possédant est passé de 10 à 42 sur la même période tandis la flotte sous-marine aurait augmenté de 50% en Asie entre 2000 et 2007[2]Bateman Sam, Perils of the deep: the dangers of

Lire la suite »