Inde et Chine en Asie du Sud

Le corridor Chine Pakistan comme remède au Covid

La promotion du China-Pakistan Economic Corridor (CPEC) en ses temps de crise économique peut être à la fois une aubaine pour le développement du Pakistan, mais aussi une menace pour sa souveraineté. Pour l’Inde, les infrastructures en construction se situant au Cachemire, le projet est d’ores et déjà condamnable, mais une partie de la société civile pakistanaise s’inquiète de l’emprise de la Chine dans le pays. L’exemple de la dette srilankaise et du piège qu’elle a créé pour l’ile inquiète. Plus de détails sur : https://idsa.in/idsacomments/pakistan-cpec-obsession Mais aussi sur la vision chinoise du projet : https://www.oboreurope.com/fr/cecp-covid-19/

Lire la suite »
Politique étrangère

L’Inde et le Quad

Afin accroître sa présence en Asie, l’Inde a participé en 2017 à la renaissance du dialogue quadrilatéral (Quad), créé par les États-Unis en 2007, avec le Japon et l’Australie. Sans être nommément dirigé contre la Chine, il s’agit d’un forum d’échange entre démocraties afin de défendre la liberté de circulation, voir un ordre fondé sur des règles claires comme le souhaite l’Australie qui y est particulièrement active. Reste pour l’Inde à faire un bilan des relations avec ses trois partenaires. Plus de détails sur : https://idsa.in/policybrief/cartographic-route-to-strategic-partnerships-srchinoy-030720

Lire la suite »
Espace et balistique

L’impact économique et militaire de la constellation Beidou

Être capable de proposer une alternative aux GPS offre à la Chine des perspectives intéressantes pour se positionner comme un acteur majeur des technologies globales. Réputé comme plus précis que le GPS, le Beidou peut également être un support de communication pour l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine. Cependant, son accès serait conditionné à l’alignement sur la politique étrangère de Pékin. Plus de détails sur : https://thediplomat.com/2020/07/the-economic-and-military-impact-of-chinas-beidou-navigation-system/

Lire la suite »
Sécurité en Asie

La RPC modifie le tracé qu’elle avait validé il y a 60 ans…

Lors des négociations sur les frontières engagées avant le conflit frontalier de 1962, le gouvernement chinois avait placé la vallée de Galwan en territoire indien. Même en prenant en compte la LAC défini après le conflit, les affrontements du 15 juin se sont bien déroulés en territoire indien. Plus de détails à l’aide des coordonnées et cartes satellites sur : https://www.orfonline.org/research/evolving-landscape-of-sino-indian-ties-68542/

Lire la suite »
Politique étrangère

La définition de l’ordre international à l’épreuve de Galwan

Malgré la volonté affichée pour trouver un consensus permettant le désengagement autour des zones de friction de la LAC, la crise de Galwan aura un impact sur les politiques étrangères indienne et chinoise. C’est à l’occasion de la rencontre par visioconférence du RIC (Russia-India-China) que l’Inde a pu faire passer un message dont la teneur pourrait se résumer par : il ne suffit pas de parler de concepts et de normes, il s’agit également de les respecter. L’article s’interroge sur le rôle du RIC dans la définition de la diplomatie russe, indienne et chinoise de l’après-guerre froide et le rôle qu’il pourrait avoir aujourd’hui. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/china-india-and-their-contending-visions-of-global-order-68692/

Lire la suite »
Espace et balistique

Lancement du dernier satellite de Beidou

Le 23 juin, la Chine a procédé au lancement du dernier de ses 35 satellites pour la constellation Beidou qui doit supprimer la dépendance de Pékin au GPS américain. La Chine est le premier pays asiatique à avoir mis un homme en orbite, mais c’est à l’Inde que revient le privilège d’avoir été la première à envoyer avec succès une mission sur Mars. Alors que la compétition spatiale entre les États-Unis et la Russie avait marqué la guerre froide, on assiste au développement de plusieurs programmes spatiaux en Asie dont les programmes chinois, indien et japonais sont les plus avancés et à une nouvelle forme de compétition. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/from-earth-to-space-68717/

Lire la suite »
Tensions sino-indiennes

Après Galwan, l’Inde doit renforcer son emprise maritime régionale

En décembre 2019, l’Inde a décidé d’étendre la zone de l’IOR (Indian Ocean Region) pour inclure les iles des Comores, de la Réunion et de Madagascar en plus des Seychelles, du Sri Lanka, de Maurice et des Maldives. L’IOR est pour Delhi une zone de sécurité dans laquelle elle doit pouvoir surveiller tout trafic. Cependant, si elle défend la liberté de navigation en mer de Chine, au grand dam de la Chine, le développement de points d’appui dans l’IOR pour la marine de l’APL peut représenter une menace directe pour sa zone économique exclusive. Quels sont les moyens que l’Inde peut mettre en œuvre pour limiter l’influence de Pékin dans l’IOR ? Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/expert-speak/delhi-needs-to-work-with-its-indian-ocean-neighbours-to-deny-strategic-foothold-to-china-68633/

Lire la suite »
Forces armées asiatiques

La place des iles Andaman et Nicobar dans l’économie et la sécurité du sous-continent

Depuis la création en 2017 d’un office gouvernementale chargée de favoriser le développement économique de l’archipel, une quinzaine d’iles ont bénéficié du programme. Cependant, la position stratégique des iles, aux portes de l’Asie du Sud est et sur des routes commerciales de première importance, offre à l’Inde la possibilité de contrôler une vaste zone. Elle dispose déjà de nombreuses infrastructures militaires regroupées sous l’autorité du Tri-Services Andaman and Nicobar Command (ANC) et peut devenir, avec les investissements nécessaires, un élément clé de la politique indienne dans l’Indian Ocean Region. Plus de détails sur : https://idsa.in/policybrief/strategic-potential-andaman-nicobar-sujanchinoy-260620

Lire la suite »
Inde et Chine en Europe

La Russie et la dispute sino-indienne

  Présents à Moscou pour la « parade de la victoire », le ministre de la défense indien et son homologue chinois ont clairement exprimé leur intention de ne pas se rencontrer ni d’impliquer la Russie dans le contentieux, cette dernière insistant sur le fait qu’elle n’interférait pas et que l’affaire devrait se régler bilatéralement. Une rencontre RIC (Russia-India-China) virtuelle a eu lieu durant laquelle Serguei Lavrov a rappelé la position de son pays. Pourtant, la Russie est traditionnellement proche de l’Inde, mais le ministre de la défense indien était à Moscou pour s’assurer que les exportations d’équipements militaires vers l’Inde n’allaient pas être affectées par la crise sino-indienne. Le ministre indien des Affaires étrangères était également présent pour s’assurer de la même chose. Face à la pression de l’occident en raison de la Crimée et de l’Ukraine, la Russie se trouve dans une position ambiguë et ne peut s’aliéner la Chine.

Lire la suite »
L’actualité sino-indienne

Un 70ème anniversaire marquant pour les relations sino-indiennes

Censée être une année de célébration pour l’établissement des relations diplomatiques voilà soixante-dix ans, 2020 sera marquée par la crise frontalière et l’inévitable remise en cause de la relation suite aux 20 soldats indiens morts dans l’affrontement du 15 juin. Déjà marquée par les ambitions chinoises dans l’océan indien, les tensions autour du rapprochement indo-américain et la crise du plateau de Doklam en 2017, New Delhi n’hésite plus à défense publiquement ses intérêts vitaux. Par exemple, en contestant la BRI, les rapports sino-indiens devraient connaitre une certaine inflexion dans les prochains mois. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/evolving-landscape-of-sino-indian-ties-68542/

Lire la suite »