Inde et Chine en Europe

Les « nouvelles routes de la soie » s’effilochent en Europe de l’Est…

Relais de la Belt Road Initiative sur le territoire européen, le groupe de coopération 17+1 créé en 2012 et regroupant 17 pays de l’Est européens (dont 12 États membres de l’UE) n’a pu se réunir cette année en raison du coronavirus. Devant se dérouler à Pékin, cela aurait permis à la Chine de relancer une initiative qui peine à convaincre désormais, et ce, pour plusieurs raisons. En premier lieu, de nombreux projets d’investissements promis par la Chine sont retardés ou encore en discussion malgré les 10 milliards de dollars que Pékin prévoyait d’investir dans la construction d’autoroute, de ponts, de lignes de chemin de fer, etc… On y retrouve tous les travaux qui forment l’ossature de la Belt Road Initiative de par le monde. Par exemple, le projet phare du « 17+1 », l’autoroute entre Budapest et Belgrade n’est toujours pas commencé tandis que la Roumanie, qui comptait sur Pékin pour trois

Lire la suite »
États membres et Asie

L’émergence du minilatéralisme militaire, l’exemple de la France

      Afin de défendre ce qu’ils considèrent comme leurs intérêts stratégiques, et en prenant l’exemple du domaine économique, les États se réunissent également sous la forme de sommets avec peu de participants pour évoquer des questions spécifiques, c’est le cas de la France, de l’Inde et de l’Australie. En effet, le 9 septembre s’est tenu, par visioconférence, le premier sommet Australie-France-Inde entre des représentants des ministères des Affaires étrangères des trois pays. Il s’agit avant tout de renforcer leur coopération dans la région Indo-Pacifique et de mettre en place une consultation régulière sur certains sujets, en particulier dans le domaine maritime. À l’origine de ce sommet, l’initiative de trois Think tanks, la Carnegie India, le National Security College of the Australian National University et la Fondation pour la recherche stratégique qui, en mai 2018, ont mis en avant les convergences de vues de Paris, Delhi et Canberra dans

Lire la suite »
La politique étrangère et de sécurité commune

Pour Josep Borrell, il est temps de renforcer les liens entre l’UE et l’ASEAN

À l’occasion du lancement de son blog « personnel », le Haut représentant, Josep Borrell, revient sur l’histoire des relations entre l’UE et l’ASEAN. Sur fond de tensions entre la Chine et les États-Unis apparait une nouvelle fois l’idée selon laquelle l’UE pourrait, avec des partenaires partageant leurs valeurs, jouer un rôle plus important sur la scène internationale. Pourtant, entre les Western values européennes et l’Asian relativism qui caractérise les pays d’Asie du Sud-est, les valeurs ne sont pas réellement communes, mais certains buts ou objectifs eux, le sont. Ancrée dans la guerre froide, la relation entre la CEE et l’ASEAN débute informellement en 1972 avec la création du Comité Spécial de coordination de l’ASEAN qui aboutit à une première rencontre entre Européens et membres de l’ASEAN en 1973. D’autres rencontrent suivront jusqu’à la signature de l’accord de coopération en 1980, accord qui reprend les principes de coopération commerciale, économique et au

Lire la suite »
UE-ASEAN

En marge de l’ARF, rencontre entre l’ASEAN et l’UE

Pour le Haut-représentant de l’UE qui a co-présidé le sommet ASEAN-UE avec le ministre des affaires étrangères singapourien, la pandémie a mis en lumière la nécessité pour les organisations multilatérales de coopérer, et ce, malgré la distance. Le HRPESC a profité de la réunion entre les deux organisations régionales pour affirmer qu’elles doivent coopérer face à la volonté de certains pays d’imposer par la force plutôt que par le droit leur politique. Mais il a également déclaré qui ni l’ASEAN, ni l’UE ne devaient faire partie d’aucune sphère d’influence ni participer à une nouvelle guerre froide…. Une déclaration qui devrait avoir son importance dans la relation transatlantique si elle est prise en compte par les pays concernés. Pour revenir à l’agenda traditionnel, le commerce bilatéral, les programmes de coopération ou la réglementation aérienne étaient au menu mais aussi la question sécuritaire avec le déploiement d’attachés militaires européens dans les délégations

Lire la suite »
UE-RPC

Rencontre entre l’UE, la Chine et l’Allemagne…

Une vidéoconférence entre les dirigeants de l’Union européenne, Angela Merkel et le Président chinois Xi Jinping s’est déroulée le 14 septembre, venant compléter le sommet UE-Chine du 22 juin. À l’ordre du jour, la pandémie, mais aussi les négociations sur le traité d’investissement bilatéral (Comprehensive Investment Agreement, CAI) qui achoppent sur l’accès au marché chinois, même si des progrès avaient été enregistrés quant au rôle des entreprises étatiques chinoises et les subventions qu’elles reçoivent. Les difficultés d’accès au marché sont également au menu des négociations en cours au sein de l’OMC, et ce, malgré l’avancée marquée par la signature de l’accord sur les indications protégées. Pour la question du climat, les dirigeants européens ont enjoint la Chine à établir un moratoire sur la construction de nouvelles centrales thermiques et à limiter ses émissions de dioxyde de carbone. Les deux parties se retrouvent dans la défense de la biodiversité et travaillent

Lire la suite »
ASEM

L’ASEM et la Covid-19, réactions et volonté d’agir

Les 53 membres de l’ASEM ont, pour la première fois, adoptés une déclaration commune qui engage l’ASEM, mais qui n’a été rédigée que par le pays hôte, le Cambodge, le représentant de l’UE, l’Allemagne, Singapore pour l’ASEAN et la Russie comme coordinatrice de l’Asie du Nord-est et du Sud-est. Cela a permis une communication plus rapide. Composée d’un préambule qui rappelle les inquiétudes partagées sur la pandémie et ses conséquences, mais aussi sur le fait que sa progression met en lumière l’interconnexion entre l’Europe et l’Asie, la déclaration commune insiste sur quatre éléments : L’importance de la coopération internationale, Le renforcement de la résilience des chaines d’approvisionnements et du flux de marchandise, La coordination de la relance de l’économie afin de diminuer l’impact de la récession, Le rappel de l’importance du multilatéralisme comme moyen d’atteindre tous ces objectifs. Plus de détails sur les 27 points soulevés ici (en anglais) : Coronavirus: Asia-Europe

Lire la suite »
L’UE et les droits de l’homme

Les importations cambodgiennes pénalisées

Pour non-respect des droits de l’homme, une partie (20%) des importations cambodgiennes seront désormais soumises aux droits de douane. Averti par l’UE en février 2020, le pays n’a pas pris les mesures nécessaires pour se conformer aux conditions européennes. Néanmoins, 80% des importations du pays bénéficient toujours d’un traitement préférentiel lié au programme de l’UE « Tout sauf les armes ». Ce qui est reproché à Phnom Penh est de ne pas respecter les droits politiques des membres de l’opposition, les droits civiques ou les droits des travailleurs cambodgiens. Plus de détails sur : Conséquence des préoccupations liées aux droits de l’homme, le Cambodge perd son accès en franchise de droits au marché de l’Union européenne Le programme « Tout sauf les armes »

Lire la suite »
L’Europe et l’Asie aujourd’hui

15éme anniversaire de l’accord de paix d’Helsinki pour Aceh

Mettant fin à trente années de conflit, l’accord signé le 15 août 2005 mit en lumière la coopération entre l’UE et l’ASEAN ainsi que la capacité des Européens à se mobiliser pour participer à la reconstruction d’une région marquée par la guerre et le tsunami de décembre 2004. L’Indonésie post-suharto tenta de lancer un processus de pacification de la province en août 1998 avec le retrait des troupes indonésiennes et la fin des opérations militaires malgré des incidents pendant les cérémonies. Le Président Wuhid en profitera pour écarter le ministre de la Défense Wiranto et ordonna la mise en place d’une commission d’enquête sur les abus commis par les forces indonésiennes durant la crise et entama des négociations difficiles avec le GAM, marquées par des avancées puis des ruptures. Le succès de ces négociations sera facilité par la tragédie du tsunami de décembre 2004 qui ravagera la province et focalisera

Lire la suite »
Inde et Chine en Afrique

L’Afrique pour remédier à la crise des investissements sino-européens ?

Le think tank China Institutes of Contemporary International Relations revient sur les changements récents que connait la relation entre l’UE et la RPC à l’occasion du 45ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques. Relation marquée par l’économie, elle le fut aussi ces dernières années par une hausse importance des investissements chinois sur le continent européen. Mais devant les craintes exprimées par des ministres et hauts responsables européens sur les risques encourus pour la souveraineté industrielle dans les hautes technologies, la tendance s’est inversée ces dernières années et s’est même accélérée en 2019 (-33%). Alors que les FDI chinois en Europe ne représentaient que 840 millions de dollars en 2008, ils avaient atteint le montant record de 42 milliards de dollars en 2016, 18 en 2018 pour tomber à 12 milliards en 2019. En cause, un nouveau système européen pour évaluer les FDI étrangers, mais aussi le marché chinois qui reste

Lire la suite »
UE-Corées

Renouvellement des sanctions ciblées contre la Corée du Nord

L’Union européenne a prolongé d’un an les mesures restrictives à l’encontre de personnalités et entités nord-coréennes, et ce pour une année supplémentaire. 57 personnes et 9 entités sont ainsi visées en raison de leur lien avec les programmes nucléaires et balistiques du pays ainsi que le développement d’armes de destruction massive. Plus de détails sur : Corée du Nord: l’UE confirme les sanctions autonomes pour une année

Lire la suite »