Élection américaine, quels enjeux pour l’Inde si Joe Biden gagne ?

Sous l’ère de Georges W. Bush, Joe Biden dirigeait le Comité du Sénat sur les Affaires étrangères, il a ainsi joué un rôle important dans l’accord sur le nucléaire civil[1]Senate Approves India Nuclear Treaty, https://www.nytimes.com/2008/10/02/washington/02nuke.html  qui a permis à l’Inde de bénéficier de transfert de technologie nucléaire sans être membre du TNP. C’est aussi sous la supervision de Joe Biden que le Sénat américain a adopté le Naval Vessels Transfer Act[2]Naval Vessels Transfer Act of 2005, https://www.congress.gov/bill/109th-congress/senate-bill/1886 en décembre 2005, ce dernier permettant à un pays tiers d’acquérir des navires de l’US Navy. Dans le cas de l’Inde, ce fut le navire amphibie Trenton.

Ainsi, avant d’être vice-président, Joe Biden avait déjà eu un rôle à jouer dans la relation entre les États-Unis et l’Inde. Depuis l’élection de Trump, les relations sont plutôt cordiales amenant même à une certaine confusion lorsque le gouvernement de Modi, cherchant à se rallier les 50000 Indiens vivant aux États-Unis, utilisera un slogan pouvant laisser penser que Narendra Mod soutenait la réélection de Trump en 2020[3]Senate Approves India Nuclear Treaty, https://www.nytimes.com/2008/10/02/washington/02nuke.html.

Mais un élément important peut perturber cette relation, c’est l’abrogation du statut spécial du Cachemire en août 2019 et le couvre-feu qui s’en est suivi. Plus que la fin d’une autonomie somme toute limitée, ce sont les atteintes aux droits de l’homme, aux libertés civiques et la coupure des communications qui pèsent dans le débat sur les relations indo-américaines. Le Président Trump a choisi de séparer politique étrangère et valeurs occidentales, ne condamnant pas la fin de l’autonomie.

Dans le cas d’une élection de Joe Biden, avec une chambre des représentants qui resterait à majorité démocrate et un sénat qui le deviendrait, les conséquences sur la relation entre Washington et Delhi restent difficiles à évaluer. D’un côté, les Démocrates entendent lier à nouveau la politique étrangère avec le respect des droits de l’homme, Joe Biden allant même jusqu’à mettre au même niveau la persécution des Ouïghours par les autorités chinoises, celles contre les Rohingyas au Myanmar et la situation au Cachemire. Mais il évoque également un lien particulier entre l’Inde et les États-Unis qui s’est renforcé ces dernières années, supportant l’idée d’une région indopacifique régie par le droit international, visant ainsi les prétentions chinoises en mer de Chine et les tensions sur la frontière sino-indienne.

Entre défense des Western Values et realpolitik, quel peut être l’impact pour l’Inde ?

Plus de détails sur (en anglais) :

The Biden worldview and its implications for India

References

Laisser un commentaire

Politique étrangère

Un renouveau du non-alignement ?

Face aux difficultés rencontrées par les institutions de sécurité d’inspiration américaine comme l’OTAN ou les succès diplomatiques que la Chine rencontre grâce à

.....