La relation indo-américaine à l’épreuve de Diego Garcia

En mai 2019, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté une résolution non contraignante supportant les revendications mauriciennes sur la possession de l’archipel des Chagos. Déboutant ainsi le Royaume-Uni qui refuse d’abandonner l’archipel, c’est également une source d’inquiétude pour les États-Unis qui y possèdent la base de Diego Garcia. Britanniques et Américains espéraient que l’Inde allait faire pression sur l’ile Maurice, mais la position anticolonialiste de Delhi a prévalu. D’autant que si l’Inde s’aligne sur les positions américaines en Asie, ce n’est pas le cas dans le golfe persique ou les États-Unis font pression sur l’Iran, un partenaire important pour l’Inde.

Cependant, devant la progression de la Chine dans l’Océan indien (Djibouti) et dans la baie du Bengale avec la surveillance par la Chine des iles Andamans et Nicobar, les positions indiennes seraient plus nuancées. Mais l’Inde doit trouver un compromis entre favoriser un règlement de la question des Chagos qui sied à l’ile Maurice tout en permettant le maintien d’une présence américaine (et de son armement nucléaire), mais en gardant une certaine autonomie stratégique. Cela alors que l’Inde a signé un accord avec les États-Unis pour l’ouverture de ses ports, un accord qu’elle tarde à mettre en œuvre…

Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/diego-garcia-indias-conundrum-67934/

Laisser un commentaire