Les forces armées

Les forces armées

Théâtre majeur de la Guerre froide dès ses débuts, la fin de l’URSS n’a pas eu le même effet en Europe qu’en Asie. Les budgets militaires asiatiques sont en croissance constante tandis que les contentieux territoriaux menacent fréquemment de finir au bout du fusil. Les forces armées asiatiques sont donc susceptibles de jouer un rôle majeur pour garantir la place de leur pays sur la scène régionale ou internationale. L’Inde Bharatiya Thalsena, l’armée de terre indienne Bharatiya Vayu Sena, l’armée de l’air indienne Bharatiya Nau Sena, la marine indienne La République populaire de Chine Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Lùjūn, l’armée de terre chinoise Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Hǎijūn, la marine chinoise Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Kōngjūn, l’armée de l’air chinoise

Lire la suite »

Les organes de décisions dans la RPC

Bien que le Parti communiste chinois (PCC) ne soit pas cité dans la constitution mais dans les lois fondamentales, il représente le véritable centre décisionnel. Les responsables du Parti occupent souvent des postes dans d’autres organes de l’État. Le congrès du Parti se déroule d’ailleurs quelques mois avant la réunion de l’Assemblée nationale populaire (ANP) ce qui lui assure tout pouvoir de présélection des candidats. Distinct de l’ANP, le congrès national du Parti réunit tous les cinq ans plus de 2200 délégués pour l’élection des 200 à 350 membres du comité central qui, à son tour élit les 20 à 30 membres du bureau politique. Ce bureau élit la commission permanente de neuf membres qui seule détient le pouvoir sous le contrôle du secrétaire général du PCC. Les autres membres principaux sont le vice-président (Wang Qishan) et le premier ministre (Li Keqiang). Le vice-président est un personnage important, c’est généralement lui qui succédera au président. Quant à l’Assemblée nationale

Lire la suite »

L’APL et la politique intérieure

Pendant la phase de conquête du pouvoir, de 1927 à 1949, APL et PCC se sont confondus. Les leaders historiques du PCC ont tous occupé des fonctions politiques et militaires durant cette période. En plus de Mao Tsé-toung, on peut citer deux exemples. Chen Yi, l’un des dix maréchaux de la « Longue marche », qui devient le ministre des affaires étrangères de 1958 à 1967, tandis que Deng Xiaoping, qui était le commissaire politique de la quatrième armée dirigée par Liu Bocheng, fut le secrétaire général du PCC de 1956 à Le plus jeune des maréchaux, Lin Biao, était le successeur désigné de Mao Tsé-toung jusqu’à ce qu’il s’oppose à lui et disparaisse dans un accident d’avion en Mongolie en 1971. À partir de l’automne 1951, une aide à grande échelle de l’Union soviétique permet à l’APL de débuter sa modernisation. Cette aide a pris la forme de livraisons d’armes

Lire la suite »

La naissance de l’APL

L’Armée populaire de libération s’est construite sur plusieurs millénaires de tradition et un siècle d’innovations militaires occidentales, elle est intimement liée à l’histoire contemporaine de la Chine et du Parti communiste chinois. Les origines de l’APL remontent au 1er août 1927 lors du soulèvement de Nanchang quand les troupes du Guomindang dirigées par les leaders du Parti communiste, Zhu De et Zhou Enlai, se rebellèrent à la suite de la dissolution du premier front uni entre le PCC et le Guomindang[1]Le Guomindang, le Parti nationaliste chinois, est le parti politique créé par Sun Yat-sen qui domina le gouvernement central de la République de Chine de 1928 jusqu’à la prise de pouvoir du … Continue reading. Les survivants de cette insurrection fuirent vers les montagnes Jinggang ou ils retrouvèrent les forces de Mao Tsé-toung. Ces troupes formèrent la première « armée de travailleurs et de paysans » plus communément appelée « armée rouge », le

Lire la suite »

Ses missions

Aujourd’hui, l’armée doit sauvegarder les objectifs de sécurité nationale définis par le gouvernement indien : – Défendre les frontières du pays. – Protéger les vies et les propriétés des citoyens conte la guerre, le terrorisme, la menace nucléaire et les activités clandestines. – Protéger le pays contre l’instabilité et contre toutes les formes de radicalisme et d’extrémisme provenant d’états voisins. – Assurer la protection contre la menace d’armes de destruction massive. – Assurer la préparation de la défense par la recherche et le développement. – Promouvoir la coopération et la compréhension avec les pays voisins. – Poursuivre le dialogue sur la sécurité et la stratégie avec les puissances majeures et les nations partenaires. Quant au budget militaire, sa part dans les dépenses nationales représentait environ 2,5 % en 2006[1]https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/in.html. En 2009, l’Inde a dépensé autour de 31 Milliards de dollars US pour sa défense ce qui la place au dixième rang mondial, et la dernière

Lire la suite »

L’indépendance et ses conséquences

Du début de la seconde guerre mondiale à la fin du mois d’août 1947, l’armée indienne sera divisée en quatre commandements, Nord, Sud, Est et un commandement central qui sera dissous en 1946. La partition du 15 août 1947 imposa la division des trois armées sur des bases territoriales. Approximativement un tiers des effectifs iront au Pakistan, le commandement Nord, et les commandements Sud et Est reviendront à l’Union indienne. Le quartier général des forces armées, sous le commandant du Field-Marshal Sir Claude Auchinlek, eut pour mission spécifique, avec le Joint Defence Council composé des représentants des deux dominions, de repartir les effectifs. La marine fut divisée selon les besoins estimés des deux nations, les forces aériennes selon le même principe mais en tenant compte de la religion du personnel. Pour les usines d’armement, le problème était que les 16 centres de production étaient tous situés en Union indienne qui dut financièrement dédommager le Pakistan pour qu’il puisse se construire

Lire la suite »

De l’influence étrangère à une indianisation progressive

L’armée indienne moderne trouve ses racines dans la Compagnie anglaise des Indes orientales (British East India Company) créée en 1600 mais aussi dans la Compagnie française des Indes orientales établies en 1664, dont le siège était à Lorient, Pondichéry étant le comptoir français le plus important en Inde. Les Français furent les premiers à lever des compagnies exclusivement indiennes et à les utiliser conjointement avec des soldats européens. Les Britanniques suivirent leur exemple dans les années 1740. Les unités britanniques furent divisées en trois armées correspondant aux trois centres de la compagnie, à Calcutta, à Bombay et à Madras. En 1748, les armées de la Compagnie anglaise des Indes orientales furent confiées au commandant Stringer Lawrence qui est considéré aujourd’hui comme le créateur de l’armée indienne moderne. En théorie, les trois armées étaient sous commandement commun mais dans la pratique, elles disposaient d’une autonomie considérable vu la distance qui les séparait. Jusqu’à la fin du dix-huitième siècle, la grande majorité des soldats

Lire la suite »
Histoire des armées

Histoire des armées

Les forces armées des pays asiatiques, leur histoire et leur composition, nous poussent à nous interroger sur la place de l’armée, de son histoire et de son industrie au sein de chaque pays. L’État asiatique, qu’il soit démocratique ou autoritaire, s’est formé à l’issue des conséquences de la Seconde Guerre mondiale ou des processus de décolonisation. Seule la Thaïlande ayant échappé à l’ingérence coloniale, les nouveaux pays indépendants se devaient de constituer une armée, pour protéger leur souveraineté ou la cantonner à un rôle purement défensif lorsqu’elle héritait d’une histoire trop lourde à porter. L’armée indienne Armées des princes, régiment ethnique ou forces d’invasion, l’histoire des armées dans le sous-continent indien repose sur plusieurs modèles. Dans la tradition hindoue, les « lois de Manou » structurant la société donnaient à la caste des kshatriyas, celles des princes et des guerriers, un rôle prépondérant dans la structure militaire. Les Britanniques reprendront le concept

Lire la suite »