Inde et Chine en Australasie

L’Australie à l’heure du choix ?

Après l’incident de Galwan et dans un contexte où les tensions frontalières restent vives avec la Chine, l’Inde espère la participation de l’Australie à l’exercice naval « Malabar » qu’elle organise conjointement avec les États-Unis et le Japon. Coopérant déjà au sein du QUAD, l’Inde et l’Australie s’étaient virtuellement réunies au début du mois de juin pour renforcer leur partenariat. À cette occasion, les deux parties avaient rappelé leur attachement à la liberté de navigation, souhaitant une région indopacifique ouverte, libre, ou l’attachement au droit international serait la règle et non l’exception. Avec la Chine en ligne de mire, la participation de l’Australie à l’exercice « Malabar » marquerait le renforcement d’un front dans la région face à une Chine accusée de pratiquer la politique du fait accompli. Plus de détail sur : India’s pivot to Australia

Lire la suite »
Inde et Chine en Europe

La Belt Road Initiative en Europe

La Covid-19 a eu un impact sur les relations sino-européennes, politique, mais surtout économique. Ce n’est pas seulement le commerce bilatéral qui a été affecté, car la pandémie a retardé la signature de l’Accord Bilatéral d’Investissement (ABI) en négociation depuis 2013. L’ambition de l’accord, en facilitant les investissements, est de faire de la relation sino-européenne le centre du commerce mondial. Supplantant les accords bilatéraux États membres-RPC, il évitera aux Européens l’obligation de former des joint-ventures. Cela n’empêche pas la suspicion de certains états européens envers les entreprises chinoises dont celles issues de PLA Inc. comme Huawei…. Plus de détails sur le portail officiel de la BRI : La BRI en Europe dans le contexte du Covid-19

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud-Est

Le partenariat Inde-ASEAN

22ème sommet de l’ASEAN-India Senior Officials’ Meeting (AISOM) entre des hauts représentants indiens et de l’ASEAN. L’ordre du jour était consacré à la coopération que les deux entités pourraient développer dans la lutte contre la Covid-19 ainsi que dans la recherche d’un vaccin. Le climat, la lutte contre le terrorisme et la coopération maritime font partie des autres sujets abordés. À cette occasion, les deux parties ont fait le bilan du plan d’action commun défini l’année dernière et l’Inde a rappelé son soutien à la place centrale que l’ASEAN doit avoir pour définir l’architecture régionale de la région. Plus de détails sur : ASEAN, India to further strengthen strategic partnership

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud

La relation indo-népalaise à la croisée des chemins

Malgré des liens culturels et historiques, les rapports entre l’Inde et le Népal restent marqués par des contentieux territoriaux, politiques et par une disparité économique grandissante rendant le rêve indien difficilement accessible pour les Népalais. Le commerce bilatéral se fait encore selon des règles très anciennes, peu adaptées à la globalisation, par exemple l’interdiction pour les commerçants népalais d’importer des produits indiens qui ne soient pas fabriqués en Inde ou pour les investissements que l’Inde préfère gérer de gouvernement à gouvernement. La Chine, elle, permet à ses entreprises de commercer librement avec le Népal, ces dernières recevant en 2019 1500 autorisations pour y investir… Plus de détails sur : The challenges facing India-Nepal ties

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud

Inquiétude sur l’exploitation du Jade au Myanmar

Hpakant, ville du nord du pays connue pour être un important centre de l’industrie du Jade dans le pays est aussi une zone ou la pratique de l’exploitation minière sauvage est la cause de nombreux décès. Le 2 juillet, un glissement de terrain à coûté la vie à au moins 175 personnes qui cherchaient des fragments de jade dans les montagnes instables formées par les débris. En cause, le manque de surveillance de la part du gouvernement central et de transparence de la part de l’exploitant. Malgré la fermeture de la mine le 30 juin, l’arrêt de l’octroi de nouvelles licences d’exploitation, c’est la levée des sanctions contre le pays en septembre 2016 qui est indirectement responsable de la situation. Le jade birman étant devenu légalement exportable, il attira la convoitise des entreprises étrangères. Bien qu’il soit interdit pour des étrangers de détenir des compagnies, 10 à 15 holdings contrôleraient

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud-Est

1000 ans de souveraineté chinoise en mer de Chine ?

Nouvelle mise au point de Pékin après les déclarations de Mike Pompéo le 13 juillet comme quoi les États-Unis ne permettraient pas que la mer de Chine du Sud ne fasse partie de l’ « empire maritime » de Pékin, apportant ainsi son soutien aux pays riverains de cette mer. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois a ainsi précisé que la RPC y est souveraine depuis plus de 1000 ans et ne reconnait pas le jugement de la Hague. Ainsi, les tensions liées aux zones de pêches ou de forages dans les territoires disputés sont loin de s’apaiser. Plus de détails sur : China claims 1,000 years sovereignty over South China Sea; denies US charges of building ‘maritime empire’

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud

Le corridor Chine Pakistan comme remède au Covid

La promotion du China-Pakistan Economic Corridor (CPEC) en ses temps de crise économique peut être à la fois une aubaine pour le développement du Pakistan, mais aussi une menace pour sa souveraineté. Pour l’Inde, les infrastructures en construction se situant au Cachemire, le projet est d’ores et déjà condamnable, mais une partie de la société civile pakistanaise s’inquiète de l’emprise de la Chine dans le pays. L’exemple de la dette srilankaise et du piège qu’elle a créé pour l’ile inquiète. Plus de détails sur : https://idsa.in/idsacomments/pakistan-cpec-obsession Mais aussi sur la vision chinoise du projet : https://www.oboreurope.com/fr/cecp-covid-19/

Lire la suite »
Politique étrangère

L’Inde et le Quad

Afin accroître sa présence en Asie, l’Inde a participé en 2017 à la renaissance du dialogue quadrilatéral (Quad), créé par les États-Unis en 2007, avec le Japon et l’Australie. Sans être nommément dirigé contre la Chine, il s’agit d’un forum d’échange entre démocraties afin de défendre la liberté de circulation, voir un ordre fondé sur des règles claires comme le souhaite l’Australie qui y est particulièrement active. Reste pour l’Inde à faire un bilan des relations avec ses trois partenaires. Plus de détails sur : https://idsa.in/policybrief/cartographic-route-to-strategic-partnerships-srchinoy-030720

Lire la suite »
Politique étrangère

La définition de l’ordre international à l’épreuve de Galwan

Malgré la volonté affichée pour trouver un consensus permettant le désengagement autour des zones de friction de la LAC, la crise de Galwan aura un impact sur les politiques étrangères indienne et chinoise. C’est à l’occasion de la rencontre par visioconférence du RIC (Russia-India-China) que l’Inde a pu faire passer un message dont la teneur pourrait se résumer par : il ne suffit pas de parler de concepts et de normes, il s’agit également de les respecter. L’article s’interroge sur le rôle du RIC dans la définition de la diplomatie russe, indienne et chinoise de l’après-guerre froide et le rôle qu’il pourrait avoir aujourd’hui. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/china-india-and-their-contending-visions-of-global-order-68692/

Lire la suite »
Inde et Chine en Europe

La Russie et la dispute sino-indienne

  Présents à Moscou pour la « parade de la victoire », le ministre de la défense indien et son homologue chinois ont clairement exprimé leur intention de ne pas se rencontrer ni d’impliquer la Russie dans le contentieux, cette dernière insistant sur le fait qu’elle n’interférait pas et que l’affaire devrait se régler bilatéralement. Une rencontre RIC (Russia-India-China) virtuelle a eu lieu durant laquelle Serguei Lavrov a rappelé la position de son pays. Pourtant, la Russie est traditionnellement proche de l’Inde, mais le ministre de la défense indien était à Moscou pour s’assurer que les exportations d’équipements militaires vers l’Inde n’allaient pas être affectées par la crise sino-indienne. Le ministre indien des Affaires étrangères était également présent pour s’assurer de la même chose. Face à la pression de l’occident en raison de la Crimée et de l’Ukraine, la Russie se trouve dans une position ambiguë et ne peut s’aliéner la Chine.

Lire la suite »