Le cas de la RPC

Les sources sur le programme chinois d’armes bactériologiques et chimiques sont peu nombreuses. La Chine disposerait d’un programme d’armement chimique et bactériologique avancé qui inclurait la recherche-développement, la production et la militarisation des recherches. Ses stocks seraient composés des agents chimiques traditionnels qui peuvent être diffusés grâce à l’artillerie, aux bombes aériennes et à des missiles à courte portée. Les forces chinoises se sont déjà entraînées pour être prête à opérer dans un environnement contaminé. La Chine a ratifié le traité CWC[1]http://www.opcw.org/chemical-weapons-convention/ le 30 décembre 1996 même si en 1997, les autorités israéliennes ont arrêté un homme d’affaire israélien qui vendait des armes chimiques chinoises à l’Iran, en violation du traité CWC qui en interdisait la prolifération. En 1997 également, les États-Unis ont sanctionné deux entreprises chinoises et une Hongkongaise pour avoir contribué sciemment au programme d’armement chimique iranien. Le respect par la Chine du traité CWC est donc très

Lire la suite »

Le cas de l’Inde

Les armes bactériologiques L’inde a ratifié en 1974 le traité BWC[1]Biological and Toxin Weapons Convention, Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur … Continue reading ouvert à la signature en 1972. Elle dispose d’un nombre important de laboratoires travaillant sur les biotechnologies ainsi que de nombreuses installations pharmaceutiques. Ces laboratoires font de la recherche-développement sur les agents bactériologiques pour être paré en cas d’attaque, mais ce réseau de recherche pourrait, si nécessaire, constituer un centre de production de premier plan d’armes bactériologiques. Le DRDE, Defence Research and Development Establisment, sous-division du DRDO située à Gwalior, est le principal centre du pays pour mettre au point des vaccins et des anticorps capables de lutter contre des agents viraux ou bactériens. Le DRDE est également chargé de développer les combinaisons permettant d’opérer dans un environnement bactériologique

Lire la suite »

La recherche bactériologique et chimique

Autres armes non conventionnelles, les recherches bactériologiques et chimiques sont étroitement surveillées et ont fait l’objet de deux conventions, l’une en 1972 pour interdire les armes biologiques (Biological Weapons Convention) et l’autre en 1993 pour interdire les armes chimiques. Si leur fabrication est aujourd’hui théoriquement interdite, tout comme leur utilisation, la production d’équipement de protection implique d’en posséder d’infimes quantités et la possession d’un vaste réseau pharmaceutique ou chimique comme c’est le cas en Inde ou en RPC offre d’importantes capacités de production. Le cas de l’Inde Le cas de la RPC

Lire la suite »