Dans les organisations

Le Conseil de Sécurité des Nations unies dans la politique étrangère indienne

Depuis le 1er janvier 2021, l’Inde siège en tant que membre non permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies (CSNU). Depuis son indépendance, c’est la huitième fois qu’elle occupe ce poste au sein d’une organisation avec qui les rapports n’ont pas toujours été constructifs. De la déconvenue en 1948 sur la question du cachemire à l’absence de réformes de l’institution alors que l’Inde est candidate à un siège permanent, retour sur l’expérience de l’Inde en tant que membre non permanent et comme Président du Conseil de sécurité comme c’est le cas pour le mois d’aout 2021. L’Inde au Conseil de sécurité  La dernière fois que l’Inde a été élue au CSNU pour un mandat de deux ans, c’était pour la période 2011-2012. Avant ce mandat, l’Inde a assuré la présidence du CNSU à neuf reprises, mais, tout comme en 2011-2012, elle occupera ce poste deux fois pour la période

Lire la suite »
Dans les organisations

L’Inde et le multilatéralisme, vers une nouvelle approche ?

L’Inde dispose pendant deux ans d’un siège au Conseil de sécurité des Nations-Unies et elle assurera la présidence du G20 en 2023. Alors que le système de Bretton Woods fait peu de cas de l’évolution du monde et que Delhi est de plus en plus critique envers l’absence de représentativité du Conseil de sécurité, qu’elle cherche des solutions parallèles, où en est le rapport de l’Inde avec le multilatéralisme ? Une relation complexe La relation que l’Inde entretient avec l’idée du multilatéralisme fut marquée dès ses débuts par la déconvenue sur la question du cachemire. La première fois que l’Inde a fait appel à l’ONU, c’était en 1948 pour que l’organisation tranche sur la question de la souveraineté sur le Cachemire, ce qui a conduit à un statu quo inacceptable pour New Delhi. Bien qu’adhérant aux principes de l’ONU, elle ne pouvait accepter que le principe du Conseil de sécurité soit

Lire la suite »
Inde et Chine en Amérique

Élection américaine, quels enjeux pour l’Inde si Joe Biden gagne ?

Sous l’ère de Georges W. Bush, Joe Biden dirigeait le Comité du Sénat sur les Affaires étrangères, il a ainsi joué un rôle important dans l’accord sur le nucléaire civil[1]Senate Approves India Nuclear Treaty, https://www.nytimes.com/2008/10/02/washington/02nuke.html  qui a permis à l’Inde de bénéficier de transfert de technologie nucléaire sans être membre du TNP. C’est aussi sous la supervision de Joe Biden que le Sénat américain a adopté le Naval Vessels Transfer Act[2]Naval Vessels Transfer Act of 2005, https://www.congress.gov/bill/109th-congress/senate-bill/1886 en décembre 2005, ce dernier permettant à un pays tiers d’acquérir des navires de l’US Navy. Dans le cas de l’Inde, ce fut le navire amphibie Trenton. Ainsi, avant d’être vice-président, Joe Biden avait déjà eu un rôle à jouer dans la relation entre les États-Unis et l’Inde. Depuis l’élection de Trump, les relations sont plutôt cordiales amenant même à une certaine confusion lorsque le gouvernement de Modi, cherchant à se rallier les

Lire la suite »
Politique étrangère

L’Inde et le Quad

Afin accroître sa présence en Asie, l’Inde a participé en 2017 à la renaissance du dialogue quadrilatéral (Quad), créé par les États-Unis en 2007, avec le Japon et l’Australie. Sans être nommément dirigé contre la Chine, il s’agit d’un forum d’échange entre démocraties afin de défendre la liberté de circulation, voir un ordre fondé sur des règles claires comme le souhaite l’Australie qui y est particulièrement active. Reste pour l’Inde à faire un bilan des relations avec ses trois partenaires. Plus de détails sur : https://idsa.in/policybrief/cartographic-route-to-strategic-partnerships-srchinoy-030720

Lire la suite »
Politique étrangère

La définition de l’ordre international à l’épreuve de Galwan

Malgré la volonté affichée pour trouver un consensus permettant le désengagement autour des zones de friction de la LAC, la crise de Galwan aura un impact sur les politiques étrangères indienne et chinoise. C’est à l’occasion de la rencontre par visioconférence du RIC (Russia-India-China) que l’Inde a pu faire passer un message dont la teneur pourrait se résumer par : il ne suffit pas de parler de concepts et de normes, il s’agit également de les respecter. L’article s’interroge sur le rôle du RIC dans la définition de la diplomatie russe, indienne et chinoise de l’après-guerre froide et le rôle qu’il pourrait avoir aujourd’hui. Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/research/china-india-and-their-contending-visions-of-global-order-68692/

Lire la suite »
Politique étrangère

Un renouveau du non-alignement ?

Face aux difficultés rencontrées par les institutions de sécurité d’inspiration américaine comme l’OTAN ou les succès diplomatiques que la Chine rencontre grâce à sa BRI et l’expansion du groupe de pays affiliés « 17+1 », la question se pose pour l’Inde de savoir si elle est capable d’agréger autour d’elle un certain nombre de pays inquiets par l’attitude de la Chine. L’UE, malgré les morts indiens du Ladakh, a conservé une position plutôt neutre, tout comme la Russie que l’Inde considère pourtant comme un allié traditionnel. Aussi, quelle place peuvent avoir les puissances moyennes asiatiques, Japon et Australie, dans ce consensus ? Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/expert-speak/return-new-non-alignment-68470/

Lire la suite »