Plus qu’une autonomie stratégique, l’UE a besoin d’une souveraineté stratégique

Le Rapport Chaillot N°169, publié par l’European Union Institute for Security Studies, aborde sous différents angles l’idée de « souveraineté stratégique » européenne, différente de celle, plus restreinte, d’ « autonomie stratégique ». En effet, la souveraineté stratégique doit prendre en compte des questions aussi diverses que les chaines d’approvisionnements, une réflexion sur les partenariats de l’UE, mais également sur l’idée de gouvernance.

Ainsi, à travers 4 chapitres, le rapport revient sur trois questions principales : la souveraineté numérique en prenant comme exemple le cas des semi-conducteurs, entre opportunités économiques et intérêts sécuritaires ; l’impact des partenariats stratégiques sur la politique étrangère et de sécurité commune avec une balance à trouver entre coopération et intégration ; la question du multilatéralisme avec l’exemple des tensions entre les institutions multilatérales et les grandes puissances autour de l’accord sur le nucléaire iranien.

En prenant des éléments précis, en proposant des recommandations, ce rapport Chaillot de l’EUISS apporte un éclairage bienvenu sur l’importance de bien différencier « autonomie » et « souveraineté », mais également sur la nécessité de définir rapidement une feuille de route au niveau européen.

Lien vers le rapport sur le site de l’EUISS : European sovereignty – Strategy and interdependence

Laisser un commentaire