Inde et Chine en Europe

Le partenariat Chine-Russie et l’UE

« Mariage de convenance » ou pas, le renforcement des liens entre Moscou et Pékin représente un défi pour l’Occident et pour l’Union européenne en particulier. Attachées à leur souveraineté, et devant un déclin présumé de l’Occident, Russie et Chine sont en profonds désaccords avec l’idée que les valeurs occidentales soient universelles. Ils se retrouvent sur de nombreuses positions, défendant la non-ingérence, ayant une vision particulière des droits de l’homme, qui selon eux doivent être secondaires par rapport aux droits de l’État, mais aussi par une maîtrise des nouvelles technologies pour parfaire leur communication. Sur la question des droits de l’homme, les deux pays travaillent de concert au sein des institutions internationales, ONU en premier lieu, pour que ce sujet passe au second plan (limitation des budgets, changement d’interprétation des termes, etc….). Ainsi, après avoir dû accepter des normes qui ont été définies par l’Occident, l’alliance sino-russe ambitionne désormais d’en définir de

Lire la suite »
L’UE et les droits de l’homme

Les importations cambodgiennes pénalisées

Pour non-respect des droits de l’homme, une partie (20%) des importations cambodgiennes seront désormais soumises aux droits de douane. Averti par l’UE en février 2020, le pays n’a pas pris les mesures nécessaires pour se conformer aux conditions européennes. Néanmoins, 80% des importations du pays bénéficient toujours d’un traitement préférentiel lié au programme de l’UE « Tout sauf les armes ». Ce qui est reproché à Phnom Penh est de ne pas respecter les droits politiques des membres de l’opposition, les droits civiques ou les droits des travailleurs cambodgiens. Plus de détails sur : Conséquence des préoccupations liées aux droits de l’homme, le Cambodge perd son accès en franchise de droits au marché de l’Union européenne Le programme « Tout sauf les armes »

Lire la suite »