Inde et Chine en Asie du Sud

Inquiétude sur l’exploitation du Jade au Myanmar

Hpakant, ville du nord du pays connue pour être un important centre de l’industrie du Jade dans le pays est aussi une zone ou la pratique de l’exploitation minière sauvage est la cause de nombreux décès. Le 2 juillet, un glissement de terrain à coûté la vie à au moins 175 personnes qui cherchaient des fragments de jade dans les montagnes instables formées par les débris. En cause, le manque de surveillance de la part du gouvernement central et de transparence de la part de l’exploitant. Malgré la fermeture de la mine le 30 juin, l’arrêt de l’octroi de nouvelles licences d’exploitation, c’est la levée des sanctions contre le pays en septembre 2016 qui est indirectement responsable de la situation. Le jade birman étant devenu légalement exportable, il attira la convoitise des entreprises étrangères. Bien qu’il soit interdit pour des étrangers de détenir des compagnies, 10 à 15 holdings contrôleraient

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud

Le corridor Chine Pakistan comme remède au Covid

La promotion du China-Pakistan Economic Corridor (CPEC) en ses temps de crise économique peut être à la fois une aubaine pour le développement du Pakistan, mais aussi une menace pour sa souveraineté. Pour l’Inde, les infrastructures en construction se situant au Cachemire, le projet est d’ores et déjà condamnable, mais une partie de la société civile pakistanaise s’inquiète de l’emprise de la Chine dans le pays. L’exemple de la dette srilankaise et du piège qu’elle a créé pour l’ile inquiète. Plus de détails sur : https://idsa.in/idsacomments/pakistan-cpec-obsession Mais aussi sur la vision chinoise du projet : https://www.oboreurope.com/fr/cecp-covid-19/

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud

La Belt Road Initiative au Népal

Émanant du portail officiel de l’OBOR, un récapitulatif des projets sur le territoire népalais. Si la coopération entre la Chine et le Népal remonte à 1956 avec la construction d’infrastructures, Katmandou a longtemps dû louvoyer entre ses deux voisins. Mais le renversement de la monarchie en 2008 et l’instauration d’une constitution mentionnant le non-alignement comme principe directeur ont aidé à clarifier la situation. Même s’il peut subir des pressions indiennes comme en 2015 avec le blocus pétrolier, le Népal autorise désormais plus facilement les investissements chinois afin de développer ses routes, ses chemins de fer et son secteur énergétique, entre autres. Plus de détails sur : https://www.oboreurope.com/fr/obor-au-nepal/

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud

La Chine sauve le projet de barrage pakistanais

Évoquées dans le Focus sur.. L’eau de l’Himalaya, les difficultés que rencontre le Pakistan pour financer son barrage au Cachemire sont en passe d’être résolues. En mai 2020, les deux pays ont trouvé un accord pour sa construction. Situé dans une zone controversée, dans la partie du cachemire occupé par le Pakistan mais revendiqué par l’Inde, l’aide de la Chine est un message envoyé à Delhi. Impliquant une entreprise chinoise et la Frontier Works Organization (FWO), les ingénieurs de l’armée pakistanaise, le barrage sera détenue à 70% par une entreprise chinoise, China power, et 30% par le FWO. Plus de détails sur : https://idsa.in/issuebrief/chinese-glimmer-pakistan-dam-distress-psingh

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud

La Belt Road Initiative au Sri Lanka

Émanant du portail officiel de l’OBOR, une présentation des projets de la BRI ainsi qu’un rappel des relations commerciales entre la Chine et le Sri Lanka. Le projet controversé du port d’Hambantota n’est qu’un des éléments que la BRI et ses prêts financent sur l’ile. Développement du réseau routier, de l’aéroport, implantation de centrales thermiques ou d’un centre financier à Colombo font également partie de l’OBOR sur l’ile. Plus de détails sur : https://www.oboreurope.com/fr/relations-sri-lanka-chine-bri/

Lire la suite »
Inde et Chine en Asie du Sud

Nuages sur le partage des eaux entre Delhi et Dacca

Déjà affecté par les effets du réchauffement climatique (montée du niveau de la mer et cyclones plus dévastateurs), le Bangladesh doit aussi se préoccuper du partage des eaux. Construit en 1975, le barrage de Farakka sur le Gange en Inde avait pour objectif de désensabler le port de Kolkata, mais il a eu pour effet collatéral de réduire l’apport en eau douce pour Dacca ainsi que le flot de sédiments qui forment ses deltas. Un accord entre l’Inde et le Bangladesh en 1996 prévoyait de maintenir un flux plus régulier, mais il ne tenait pas compte des sédiments dont les deltas du Bangladesh avaient besoin. De plus, l’accumulation des sédiments serait la cause des graves inondations que subit l’État indien du Bihar. Conclu pour trente ans, l’accord doit être renouvelé en 2026, tiendra-t-il compte de la question des sédiments ? Plus de détails sur : https://www.orfonline.org/expert-speak/delta-under-siege-towards-the-2026-ganges-water-sharing-agreement-67212/

Lire la suite »