UE-Inde

Le projet d’accord UE-Chine, quel impact sur les relations entre l’UE et l’Inde ?

Alors que certains États membres de l’UE, comme la France, renforcent leur coopération avec l’Inde, le projet d’accord global UE-Chine risque de peser sur les relations entre l’Inde et l’Union européenne. Dans le contexte de tensions grandissantes avec la Chine, Delhi ne peut que s’interroger sur la crédibilité de l’UE qui qualifiait Pékin de « rival stratégique systémique » quelques mois plus tôt. Cependant, partenaire stratégique depuis 2003, la relation entre l’UE et l’Inde s’est toujours déroulée à l’ombre des États-Unis, jugés plus crédibles par Delhi. Outre des domaines ciblés ou les coopérations existent, l’UE ne pèse toujours pas le poids qu’elle devrait dans la politique étrangère indienne. L’accord UE-Chine Pour l’instant un accord de principe qui doit encore être ratifié, l’accord global sur les investissements (Comprehensive Agreement on Investment, CAI), fruit d’une longue négociation de sept ans, s’attaque à un contentieux historique dans la relation sino-européenne, la réciprocité dans le domaine

Lire la suite »
États membres et Asie

L’Indopacifique, vecteur de rapprochement entre l’Inde et l’Europe ?

L’Indopacifique En novembre 2020, les Pays-Bas furent le troisième État membre à présenter un concept de stratégie pour la région Indopacifique, après la France en 2018 et l’Allemagne en septembre 2020(voir l’actualité). Au centre de ces stratégies, la relation avec l’Inde, la protection des routes commerciales et l’attitude à adopter face à la montée en puissance de la chine et de ses prétentions. D’autres états membres européens, comme l’Italie, ou un pays européen comme le Royaume-Uni sont en pleine réévaluation de leurs liens avec l’Inde, mais sans avoir à ce jour clairement accepté ce concept. Dans le cas du Royaume-Uni post-Brexit, le Premier ministre devait y effectuer son premier voyage officiel à l’occasion du Republic Day, l’aggravation de la pandémie ayant entrainé l’annulation de la visite. Cependant, un vaste accord commercial est en négociation. Avec l’Italie, les liens se resserrent entre Rome et Delhi, mais il ne faut pas perdre

Lire la suite »
La politique de sécurité et de défense commune

Le cyber comme élément de l’autonomie stratégique européenne

La stratégie européenne de cybersécurité doit permettre à l’UE de protéger ses intérêts et d’assurer son intégrité numérique. Il ne s’agit pas seulement de se prévenir contre des cyberattaques visant des intérêts sécuritaires, mais aussi de protéger tous les aspects d’une société connectée, allant des hôpitaux, du transport aérien, du processus démocratique ou encore de l’approvisionnement énergétique. Cette mise à jour de la stratégie doit, par elle-même, mais aussi par la coopération internationale, assurer aux citoyens et aux entreprises européennes un usage sûr du cyberespace. Quatre domaines sont considérés comme vulnérables et doivent être protégés : 1 – La protection du marché intérieur 2 – Permettre l’application du droit national et international 3 – La diplomatie 4 – La défense Pour apporter des solutions, le document se divise en trois parties principales : 1 – Resilience, technological sovereignty and leadership 2 – Building operational capacity to prevent, deter and respond 3 – Advancing

Lire la suite »